BFM Business

Le PIB américain surprend

La croissance américaine s'est améliorée au troisième trimestre

La croissance américaine s'est améliorée au troisième trimestre - -

Le produit intérieur brut a progressé de 2% au troisième trimestre. Les analystes tablaient sur 1,9%.

Bonne nouvelle aux Etats-Unis. La croissance économique américaine s'est accélérée au troisième trimestre, selon la première estimation officielle du PIB américain de l'été publiée vendredi à Washington.

De juillet à septembre, le produit intérieur brut du pays a progressé de 2% en rythme annualisé par rapport au deuxième trimestre, où il avait crû de 1,3%, a indiqué le département du Commerce.

La hausse du PIB annoncée par le ministère est légèrement supérieure à ce que donnait la prévision médiane des analystes (1,9%).

Selon le département du Commerce, la croissance économique a été soutenue au troisième trimestre par la consommation des ménages, la dépense publique, essentiellement en matière de défense, et l'investissement dans le logement.

"La rentrée scolaire a été très bonne aux Etats-Unis. Les chiffres de vente dans les magasins, en août et septembre, étaient les meilleurs depuis 2010. Les ventes de voitures, 14,9 millions en chiffres annuels, sont les plus solides depuis mars 2008. Et la construction a bondi", confirme Grégori Volokhine, président de Meeschaert Capital Markets à BFM Business.

Elle a été freinée à l'inverse par le commerce extérieur, l'investissement privé hors logement et la baisse des stocks agricoles provoquée par la sécheresse qui touche le pays, et en particulier les grandes plaines du Centre, depuis la mi-juin.

Une bonne nouvelle à nuancer

A dix jours de l'élection présidentielle devant opposer le président sortant Barack Obama au candidat du Parti républicain, Mitt Romney, le taux de croissance officiel apparaît avoir retrouvé son niveau du premier trimestre, mais reste inférieur au minimum requis (2,3 à 2,5% selon la banque centrale) pour permettre au chômage de baisser.

Le taux de chômage américain était officiellement de 7,8% en septembre, soit autant qu'à l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche en janvier 2009, et la question de l'état de l'économie nationale est au coeur des enjeux de cette élection.

Diane Lacaze