BFM Business

Le paiement mobile séduit en Chine

En Chine, la population, peu habituée à payer par carte bancaire, est de plus en plus conquise par le paiement mobile.

En Chine, la population, peu habituée à payer par carte bancaire, est de plus en plus conquise par le paiement mobile. - Philippe Huguen - AFP

Le peu d'engouement rencontré aux Etats-Unis et en Europe pour payer ses achats avec son smartphone n'a pas cours en Chine, où la pratique décolle. Une aubaine pour Apple qui compte y lancer son service en 2016.

Apple Pay devrait se lancer en Chine début 2016. La marque à la pomme a toutes les raisons de lancer rapidement son service de paiement par smartphone dans l'Empire du milieu. Parce que si le procédé a du mal à convaincre aux Etats-Unis et en Europe, les Chinois, eux, sont prêts à l'adopter, raconte Quartz ce mercredi.

En Amérique du Nord, où Apple a lancé son service de paiement depuis un peu plus d'un an, les usages peinent à décoller. La faute, probablement, à une trop forte habitude de la carte bancaire qui dissuade les Américains d'utiliser leur mobile à la place. En France, 90% des usagers de smartphones ne l'ont jamais utilisé pour leurs achats.

A plusieurs fuseaux horaires de là, les Chinois utilisent peu la carte bancaire et, pour le moment, ont tendance à tout payer en cash. Seuls les hôtels et magasins de luxe, parfois des restaurants, sont d'ailleurs équipés de terminaux de paiement, souligne Bonjour Shanghai. Or là-bas, la transaction par smartphone progresse rapidement. Près de 23 millions d'opérations de ce genre ont été enregistrées dans le pays au cours du deuxième trimestre 2015. Soit une hausse de… 41 % par rapport à l'exercice précédent, selon les chiffres de la Banque populaire de Chine cités par Quartz.

Apple Pay, une filiale stratégique

Apple Pay n'est encore qu'une micro-filiale du géant à la pomme et ne participe que de façon marginale aux résultats stratosphériques de l'entreprise la plus profitable du monde. Mais la marque considère que le segment est stratégique dans la mesure où un client changerait d'autant moins de téléphone si ce dernier est aussi son porte-monnaie. Une vision que partagent visiblement Google et Samsung, qui ont également lancé leur propre service de portefeuille mobile.

Selon le Wall Street Journal, le géant californien serait parvenu à nouer des accords avec les quatre principales banques chinoises, dont ICBC et CCB. Elle devrait donc se lancer en février sur un marché en passe de devenir hautement concurrentiel.

N.G.