BFM Business

Le clip fou de la Corée du Nord pour attirer les étrangers

La vidéo censée attirer les investisseurs étrangers en Corée du Nord a été publiée sur You Tube ce week-end.

La vidéo censée attirer les investisseurs étrangers en Corée du Nord a été publiée sur You Tube ce week-end. - Capture d'écran

Pyongyang a édité et publié ce week-end une vidéo sur YoutTube censée donner envie aux étrangers d'investir dans le pays. Peu de chance que le clip qui pourrait passer pour une parodie génère un attrait démesuré.

L'un des pays les plus fermés au monde veut ouvrir grand ses portes… aux capitaux étrangers. Le régime de Kim Jong-Un a diffusé sur le web une vidéo de 11 minutes destinée à donner envie aux investisseurs de tous pays de venir investir en Corée du Nord. L'initiative pourrait paraître de bon aloi. Sauf qu'entre erreur de traduction et argumentaire délirant, ce clip, diffusé sur YouTube ce week-end, semble presque parodique.

Il ne devrait donc pas attirer les foules. D'autant que le pays est toujours sous le coup de sanctions internationales. De ce fait, les entreprises qui ne seraient pas découragées par cette vidéo s'exposeraient à des condamnations et mettraient en péril leur image en y faisant des affaires.

Musique désuète, effets spéciaux époque K2000. Les 11 minutes sont plutôt pénibles à regarder. Le Huffington Post en a réalisé un condensé de 6 minutes. Il pointe notamment les erreurs de traduction cocasses: le commentaire, en coréen, est en effet sous-titré en anglais. Mais certains mots de la langue de Shakespeare sont mal employés, au point de desservir le propos des éditeurs du clip. Par exemple, les zones économiques de Corée, qui devaient initialement être "intéressantes" deviennent "curieuses".

Outre ces détails comiques, le site souligne que cette vidéo prouve à quel point l'enclave Nord-Coréenne souffre de son isolement économique. Au point –comble dans un régime communiste- de mettre en avant la fiscalité avantageuse de certaines "zones spéciales" de son territoire pour attirer les hommes d'affaires.

N.G.