BFM Business

Le cas Huawei "distinct" des négociations Chine/USA

Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross en juin dernier, à Pékin.

Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross en juin dernier, à Pékin. - ANDY WONG / POOL / AFP

Une délégation chinoise est à Washington cette semaine pour les négociations commerciales, alors que l'affaire Huawei prend une nouvelle dimension.

Le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, a déclaré mardi s'attendre à ce que les discussions commerciales de cette semaine avec des
responsables chinois aboutissent à des progrès importants. Il réfute dans le même temps tout lien entre ces négociations et les accusations de la justice américaine visant le géant des télécommunications Huawei. "Il s'agit de sujets distincts et d'un dialogue distinct", a-t-il dit dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Fox Business Network. "Cela ne fait donc pas partie des discussions sur le commerce." Wilbur Ross, secrétaire au Commerce, confirme. Les inculpations visant Huawei "n'ont rien à voir avec nos négociations commerciales avec la Chine" et d'ajouter que son ministère continuerait de travailler avec le reste du gouvernement "pour protéger les intérêts de sécurité nationale".

Lundi, les Etats-Unis ont annoncé les treize chefs d'inculpation retenus contre Huawei, deux de ses filiales et sa directrice financière, parmi lesquels ceux de fraude bancaire et électronique visant à contourner les sanctions contre l'Iran ou bien encore le vol de secrets industriels. Pékin a immédiatement accusé Washington d'avoir des "visées politiques" dans cette affaire. "Les États-Unis utilisent le pouvoir de l'État pour discréditer et attaquer certaines entreprises chinoises, dans une tentative d'étrangler leurs opérations, qui sont légitimes et légales", a indiqué lors d'un point presse régulier Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Rencontre entre le vice-Premier ministre chinois et Donald Trump

Ces nouvelles tensions autour de Huawei interviennent alors qu'une délégation chinoise doit participer cette semaine à Washington à des discussions commerciales et économiques à haut niveau. Le vice-Premier ministre chinois Liu He (très proche de Xi Jinping), qui est déjà arrivé sur place, doit notamment rencontrer Donald Trump en personne. L'équipe chinoise comprend par ailleurs le gouverneur de la Banque centrale Yi Gang et le vice-ministre des Finances Zheng Zeguang, a précisé Chine nouvelle.
Donald Trump et Xi Jinping avaient consenti début décembre à enterrer la hache de guerre commerciale pour trois mois, afin de se donner le temps de négocier un accord. Si aucun compromis n'est trouvé d'ici à début mars, la Maison Blanche pourrait augmenter ses taxes douanières punitives sur 200 milliards de marchandises chinoises.

Un mois pour trouver un compromis

Pour les Etats-Unis, les négociations seront dirigées par le représentant au commerce Robert Lighthizer. Steven Mnuchin et Wilbur Ross prendront part aux discussions, accompagnés des conseillers économiques de la Maison Blanche Peter Navarro et Larry Kudlow.
La feuille de route de l'administration Trump est connue: obtenir de la Chine qu'elle consente à des réformes structurelles, c'est-à-dire qu'elle change ses pratiques commerciales jugées déloyales, comme le transfert "forcé" de technologies et le "vol" de propriété intellectuelle. Pour Washington, Pékin doit aussi oeuvrer à réduire le colossal déficit commercial des Etats-Unis (plus de 375 milliards de dollars de biens en 2017), en ouvrant davantage son marché aux produits américains.

Fabien Chamblanc avec agences