BFM Business

La ville de Detroit sort officiellement de la faillite

La ville de Detroit s'était déclarée en faillite en juillet 2013

La ville de Detroit s'était déclarée en faillite en juillet 2013 - Bill Pugliano - Getty Images North America - AFP

La ville américaine est officiellement sortie de la procédure de faillite ce mercredi 10 décembre. Pour éviter de nouveaux dérapages, ses finances vont toutefois être placées sous le contrôle d'une commission .

Detroit est désormais arrivée au bout du tunnel. La ville américaine, considérée comme la capitale de l'Automobile aux Etats-Unis, est officiellement sortie de la faillite ce mercredi 10 décembre, les pouvoirs de gestion revenant au maire et au Conseil municipal.

La justice américaine avait approuvé début novembre le plan de Detroit pour sortir de la faillite, la plus importante dans l'histoire des municipalités aux Etats-Unis, en renégociant sa faramineuse dette de près de 18 milliards de dollars.

"Un nouveau chapitre de la ville"

"Cela a été un processus très difficile et compliqué pour beaucoup de gens", a souligné mercredi Rick Snyder, le Gouverneur de l'Etat du Michigan où se trouve la ville.

"Maintenant, le plus important est d'ouvrir un nouveau chapitre pour la ville où il s'agira de la faire revenir à la croissance après des décennies de déclin", a-t-il ajouté.

Detroit, ville fondée par le français Antoine de la Mothe Cadillac en 1701 et qui tire son nom de son emplacement à la confluence des Grands Lacs et du fleuve Saint Laurent, avait fait faillite en juillet 2013.

Le déclin économique de Detroit

La ville avait alors été placée sous l'autorité d'un administrateur en la personne de Kevin Orr, chargé de gérer la crise. Ce dernier a quitté ses fonctions ce jeudi.

"La ville va de l'avant, ce qui me donne beaucoup de fierté et de satisfaction", a-t-il déclaré, cité par USA Today. C'est son départ qui marque le retour au pouvoir du Conseil municipal de Detoit.

La ville connaît depuis plusieurs années un fort déclin économique. Quatrième ville du pays dans les années 1950, le berceau de General Motors, Ford et Chrysler a perdu depuis plus de 60% de ses habitants. Ce qui s'est traduit par des quartiers entiers laissés à l'abandon et une forte criminalité, devenant ainsi le symbole de la crise financière de 2008.

Une partie des fonds libérés par la restructuration de la dette servira notamment à remettre en état les infrastructures urbaines. La ville avait subi début décembre une panne électrique géante qui avait privé de courant les écoles, les hôpitaux et les prisons. Pour éviter tout nouveau dérapage, les finances de la ville seront toutefois désormais placées sous le contrôle d'une commission composée de représentants du Michigan.

J.M. avec AFP