BFM Business
International

La station spatiale chinoise remplacera bientôt l'ISS

-

- - WANG ZHAO / AFP

La Chine vient de dévoiler une maquette de sa future station spatiale. « Le Palais Céleste » doit être assemblé à partir de 2022. Il pourrait bien être l'unique remplaçant de la Station spatiale internationale.

Avec ses 17 mètres de long et ses 60 tonnes, le futur « Palais Céleste » affiche des dimensions bien plus modestes que l'actuelle station spatiale internationale (100 mètres de long pour 400 tonnes). Néanmoins, Tiangong 3 - c'est son nom chinois - acceuillera en permanence trois taïkonautes (astronautes chinois) qui pourront ainsi effectuer toutes sortes d'expériences scientifiques. Les autorités chinoises ont annoncé que le « Palais » serait ouvert à tous les pays. Des accords ont d'ailleurs été signés avec l'Agence spatiale européenne.

Un programme par étapes

En 2011, Pékin à envoyé dans l'espace une première version de son « Palais Céleste », le Tinangong 1. Un module qui a permis notamment de tester les manœuvres d'amarrage, un équipage y a également séjourné une quinzaine de jours. 

En 2016, une deuxième version (Tiangong 2) a été placée en orbite pour poursuivre les tests. Cette fois, les taïkonautes y ont séjourné un mois complet. La station doit être détruite en juillet prochain à l'occasion de son entrée dans l'atmosphère. En 2022, ce sera donc au tour Tiangong 3 de rejoindre l'espace.

Des milliards dans l'espace

Plus que Jamais Pékin investit des milliards dans son programme spatial. Dans les cartons de l'agence chinoise, des dizaines de projets : un robot sur mars, une base sur la lune ou encore des centrales solaires en orbite.

La mise en service en 2022 de Tiangong 3 est particulièrement symbolique, puisque la chine sera bientôt la seule puissance à posséder (et à avoir construit seule) une station spatiale, sachant que l'actuelle ISS doit prendre sa retraite en 2024.

« Il s'agit de montrer au monde », explique un expert, « la constante montée en compétence de la Chine dans le domaine spatial ». Et la Chine veut encore accélérer : Un haut responsable chinois faisait état il y a quelques mois de discussions pour partager davantage les ressources spatiales militaires avec les entreprises privées.