BFM Business

La cimenterie syrienne de Lafarge aux mains de l'EI

La cimenterie de Lafarge de la région d'Alep en Syrie serait tombée aux mains des islamistes.

La cimenterie de Lafarge de la région d'Alep en Syrie serait tombée aux mains des islamistes. - Franck Fife - AFP

Le site de production de ciment de Lafarge en Syrie est tombé aux mains de l'Etat islamique. Il aurait été en partie incendié.

Lafarge a évacué son site syrien juste à temps. Après que le producteur français de matériaux de construction a annoncé jeudi matin avoir évacué sa cimenterie syrienne, une ONG affirme que le site est tombé aux mains des terroristes de l'Etat islamique. Les jihadistes de l'organisation auraient en partie brûlé le site, selon l'AFP.

"Lors de son avance sur la localité kurde d'Ain al-Arab, près de la frontière avec la Turquie, ils se sont emparés de l'usine Lafarge et l'ont partiellement brûlée", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), à l'AFP.

Un peu plus tôt, un porte-parole du cimentier français avait indiqué avoir "pris la décision de faire évacuer l’usine" située à 150 kilomètres au nord-est d’Alep, entre le 18 et 19 septembre, et "de suspendre l’activité tant que la sécurité ne peut pas être assurée" dans la région.

Aucun personnel sur le site

"L’instruction a été donnée aux employés de l’usine de ne pas se rendre sur le site tant que la situation sécuritaire ne le permet pas", avait-il ajouté. "Il n’y plus de personnel sur le site".

Le site a été mis en service en 2011. L’activité était d’ores et déjà réduite, selon le porte-parole, qui n’était pas en mesure de dire si l’usine avait été ou non endommagée depuis le départ du personnel.

Sur son site internet, Lafarge présente son usine de ciment syrienne comme le plus vaste investissement privé jamais intervenu dans le pays. Le groupe assurait que le site allait accélérer le développement économique de la région et créer 1.000 emplois, directs et indirects, majoritairement dans la région d'Alep, la capitale économique du pays que se disputent les rebelles et les soldats de Bachar al-Assad

N.G. avec agences