BFM Business

La Chine soucieuse à propos du conseiller "anti-chinois" de Trump

Les médias chinois s'inquiètent de la nomination d'un économiste notoirement hostile à la Chine comme conseiller au commerce de Donald Trump.

Les médias chinois s'inquiètent de la nomination d'un économiste notoirement hostile à la Chine comme conseiller au commerce de Donald Trump. - Johannes Eisele - AFP

Le monde des affaires chinois se montre préoccupé au lendemain de la nomination par le futur président américain d'un économiste notoirement hostile à la Chine comme conseiller commercial.

Le spectre d'une guerre commerciale avec les États-Unis inquiétait la presse chinoise vendredi, après l'annonce de la nomination par Donald Trump d'un économiste notoirement hostile à Pékin à la tête du Conseil du commerce national du futur président américain.

La désignation de Peter Navarro, auteur d'ouvrages "apocalyptiques" sur la puissance économique chinoise, "est une vraie source d'inquiétude", reconnaît le China Daily, appelant les entreprises chinoises aux États-Unis à se mettre en "état d'alerte".

Pékin se prépare à la guerre commerciale

"Si les États-Unis continuent à imposer des enquêtes anti-dumping aux produits chinois, le pays n'aura d'autre choix que de relever le défi", prévient Yu Jianlong, secrétaire général de la Chambre chinoise du commerce international, cité par le quotidien de langue anglaise.

Pékin doit se tenir prêt à une guerre commerciale en déterminant quels sont les produits qu'il peut importer d'autres pays que les États-Unis et quels sont les domaines dans lesquels les avantages de la Chine sont écrasants, suggère Jin Canrong, professeur de relations internationales à l'Université du peuple à Pékin, cité par le Global Times.

Lors d'un point presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a admis que Pékin suivait de près la composition de l'équipe dirigeante autour de Donald Trump. "Nous espérons que les États-Unis se joindront à nous pour maintenir un développement sain et régulier des relations bilatérales, y compris dans les domaines économiques et commerciaux", a-t-elle déclaré.

"Pékin ne redoutera pas l'épreuve de force"

Mais le Global Times, un quotidien qui adopte volontiers un ton nationaliste, estime que Pékin doit se rendre compte que le président élu s'entoure d'une équipe de faucons. "Si Washington ose provoquer la Chine en s'attaquant à ses intérêts vitaux, Pékin ne redoutera pas l'épreuve de force, pour obliger les États-Unis à respecter la Chine", prévient le journal.

Dans un livre intitulé "Death by China: how America lost its manufacturing base" (La mort par la Chine: comment l'Amérique a perdu sa base industrielle), Peter Navarro a accusé Pékin de mener une guerre économique afin de devenir la première puissance économique et militaire en Asie.

Pékin a déjà été échaudé par l'appel début décembre entre le futur 45e président américain et la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen qui a écorné le principe de la "Chine unique", respecté depuis 1979 par Washington. Pékin considère en effet Taïwan comme une de ses provinces et s'oppose à toute relation entre des dirigeants étrangers et Taïpei.

N.G. avec AFP