BFM Business

La Chine entre à reculons dans "la plus grande guerre commerciale de l'histoire"

Pékin a estimé ce vendredi, alors qu'entrent en vigueur des nouvelles taxes douanières américaines contre la Chine, que les Etats-Unis avaient "lancé la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique". Le gouvernement se dit "contraint à une nécessaire riposte" .

La Chine a accusé les Etats-Unis d'être à l'origine de "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique" en imposant le même jour des droits de douanes prohibitifs sur 34 milliards de dollars de produits chinois.

"Les États-Unis ont violé les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et lancé la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique à ce jour", a dénoncé le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Annoncées par le président Donald Trump, ces taxes de 25% sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises frapperont 818 produits dont des voitures, des composants d'avions ou des disques durs d'ordinateurs tout en épargnant des biens populaires comme les téléphones portables ou les télévisions.

"La Chine a promis de ne pas tirer la première"

Face à ces nouvelles taxes douanières américaines, Pékin se considère obligé de riposter. "La Chine a promis de ne pas tirer la première, mais pour défendre les intérêts fondamentaux du pays et de sa population, elle est contrainte à une nécessaire riposte", a indiqué le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Le ministère ne précise pas les mesures qui seront prises, mais Pékin avait auparavant promis de rendre coup pour coup à Washington, en imposant des taxes équivalentes sur des produits importés des États-Unis. Les taxes chinoises devraient affecter des produits agricoles dont le soja, très dépendant du marché chinois, le secteur automobile ou encore des produits de la mer comme les langoustes. "La Chine ne cédera pas à la menace ni au chantage", avait assuré jeudi à Pékin le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng.

Le ministère, qui s'inquiète désormais "des turbulences sur les marchés mondiaux"; a indiqué sa volonté de s'en remettre à l'OMC. La Chine compte par ailleurs travailler avec d'autres pays afin de "protéger le libre-échange", à l'heure où le président américain Donald Trump est engagé dans une bataille commerciale avec plusieurs alliés historiques des Etats-Unis.

Jusqu'à 450 milliards de dollars de produits chinois taxés

À terme, ce sont 50 milliards de dollars d'importations chinoises annuelles qui seront affectées par les mesures américaines destinées à compenser ce que l'administration Trump considère être le "vol" de propriété intellectuelle et de technologies. Un second lot de taxes sur 16 milliards d'importations chinoises fait en effet l'objet d'un examen supplémentaire de la part du représentant au Commerce américain, et entrera en vigueur "dans deux semaines", a indiqué Trump.

De son côté, Pékin prévoit aussi de frapper un total de 50 milliards de dollars d'importations américaines. Et les deux premières puissances économiques du monde ne devraient pas en rester là puisque Trump a demandé à son représentant au commerce "d'identifier 200 milliards de dollars de biens chinois en vue de taxes supplémentaires de 10%".

Le président américain s'est dit prêt à taxer 200 milliards de dollars de biens additionnels "si la Chine augmente à nouveau ses tarifs douaniers" en réaction. Ces mesures pourraient donc porter à 450 milliards la valeur des produits chinois taxés, soit la grande majorité des importations venues du géant asiatique (505,6 milliards de dollars en 2017).

Les experts mettent en garde depuis des mois contre les dommages potentiels d'une telle confrontation commerciale, non seulement sur l'économie américaine mais aussi sur l'économie mondiale.

N.G. avec AFP