BFM Business

L'Irlande demandera une aide de l'UE en cas de Brexit sans accord

-

- - AFP/Paul Faith

Le Parlement britannique doit se prononcer en janvier sur l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec l'UE mais son hostilité au texte a renforcé l'hypothèse d'une sortie sans accord.

C'est une sortie du ministre irlandais de l'Agriculture qui ne devrait pas passer inaperçue. L'Irlande demandera plusieurs millions d'euros d'aide spéciale à Bruxelles si le Royaume-Uni sort de l'Union européenne sans accord, a-t-il déclaré jeudi soir.

"Il est ici question de centaines de millions", a dit Michael Creed au quotidien irlandais Irish Independent. "Entre l'industrie bovine et celle de la pêche, on parle de sommes monumentales", a-t-il ajouté.

Le Parlement britannique doit se prononcer en janvier sur l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec l'UE mais son hostilité au texte a renforcé l'hypothèse d'une sortie sans accord.

L'aide d'urgence à l'Irlande concernerait principalement la viande bovine, les produits laitiers ou la pêche, secteurs les plus susceptibles d'être affectés en cas de rupture brutale des liens entre le Royaume-Uni et l'UE. Environ 80% des exportateurs irlandais envoient leurs produits en Grande-Bretagne, selon des chiffres de 2016 du gouvernement irlandais. 

"Nous sommes très conscients de la dépendance unique de l'Irlande envers le marché alimentaire britannique. Personne ne souhaite en parler pour le moment, car il y a encore un espoir que la raison prévale", a-t-il insisté, tout en soulignant que "la probabilité d'un Brexit dur augmente."

Si le Royaume-Uni sort de l'UE sans accord à la date prévue du 29 mars, le ministre irlandais a dit espérer que l'Union approuverait les subventions européennes lors d'un sommet des ministres de l'Agriculture européens au Luxembourg, en avril.

Des mesures d'urgence en préparation

Jeudi, le cabinet irlandais s'est réuni pour discuter des mesures d'urgence destinées à faire face à l'éventualité d'un divorce sans accord. Ce plan avait été publié avant les vacances de Noël.

Parmi les mesures prévues figurent l'achat de terrains près des ports de Dublin et Rosslare pour faire face aux embouteillages craints en raison des nouvelles formalités douanières qui devront être imposées, des employés supplémentaires pour les ministères du Revenu et de l'Agriculture et un engagement à maintenir une coopération étroite avec la province britannique d'Irlande du Nord voisine.

Il serait aussi nécessaire d'adopter 45 textes législatifs en urgence. Le Premier ministre, Leo Varadkar, a déclaré que ces textes seraient regroupés et reportés au mois de mars. 

"Nous allons maintenant avoir deux rapports hebdomadaires au Cabinet sur les mesures (à prendre) en cas d'absence d'accord", a déclaré Leo Varadkar après la réunion du cabinet, jeudi. 

"Aujourd'hui, nous nous sommes concentrés sur la législation, les médicaments ainsi que les transports. Nous nous sommes assurés d'avoir les protections, les stocks et tout ce dont nous avons besoin en place", a-t-il déclaré.

La rédaction avec AFP