BFM Business

L'économie chinoise continue de ralentir

La Chine tente de rendre sa croissance plus durable.

La Chine tente de rendre sa croissance plus durable. - AFP

L'indice PMI mesurant l'activité manufacturière a encore ralenti en octobre. Mais les autorités du pays restent optimistes parlant "d'une nouvelle normalité", avec une croissance plus faible mais plus soutenable.

Les signes que l'économie chinoise ralentit continuent de se multiplier. L'activité manufacturière s'est ainsi de nouveau contractée en octobre, pour le troisième mois d'affilée, selon un indice gouvernemental. 

L'indice PMI des directeurs d'achats rendu public dimanche par le Bureau national des statistiques (BNS) pour le mois passé s'est établi à 49,8 soit au même niveau qu'en septembre. En août, il était de 49,7. Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.

La croissance chinoise a ralenti à 6,9% au troisième trimestre, sa pire performance depuis la crise financière de 2009, selon le chiffre du gouvernement chinois. Mais de nombreux économistes pensent que ce chiffre est surévalué, et que la croissance réelle est en fait plus faible. Ils en veulent notamment pour preuve la faiblesse des chiffres du commerce ou d'autres indicateurs, et notamment le PMI.

"Nouvelle normalité"

Les autorités chinoises, elles, vantent "la nouvelle normalité" d'une croissance ralentie mais plus durable, fruit de leurs efforts pour rééquilibrer l'économie vers la consommation intérieure, les services et les hautes technologies, au détriment de l'industrie lourde. La Chine a annoncé une série de mesures pour tenter de relancer sa croissance.

Le 23 octobre, la banque centrale de Chine a abaissé pour la sixième fois en un an ses taux directeurs. Dans le même temps, Pékin a supprimé le plafond sur les taux d'intérêt que les banques peuvent offrir aux épargnants, après l'avoir relevé progressivement, afin d'introduire plus de concurrence entre établissements bancaires de la deuxième économie mondiale.

Mais les interventions de l'Etat pour tenter cet été d'enrayer une dégringolade boursière ont également renforcé les doutes sur sa capacité à gérer une transition vers une économie davantage basée sur le marché. 

Une activité "morose"

Dans un communiqué, la banque australienne ANZ a estimé que le dernier indice PMI montrait que l'activité économique demeurait "morose" en Chine. "L'indice PMI se stabilise, mais c'est trop tôt pour confirmer qu'il a touché son plancher", a ajouté la banque.

Par ailleurs, les prix de l'immobilier dans les grandes métropoles chinoises -un des piliers de l'économie- ont légèrement augmenté d'environ 2% en octobre par rapport à octobre 2014, selon une étude indépendante du cabinet China Index Academy (CIA).

Le prix moyen d'un logement neuf dans 100 des plus importantes villes du pays a progressé plus modestement de 0,3% par rapport à septembre, à 10.849 yuans (1.560 euros) le mètre carré. La China Index Academy précise que la récente baisse des taux a contribué à faire monter les prix.

J.M. avec AFP