BFM Business

L'armée américaine va dégraisser

Le Pentagone envisage de réduire ses effectifs et son budget.

Le Pentagone envisage de réduire ses effectifs et son budget. - -

Le secrétaire à la Défense s'apprête, selon le New York Times, à proposer des coupes budgétaires pour l'US Army. Elles aboutiraient à réduire les effectifs militaires américains à leur plus bas niveau depuis 1940.

Le plus gros pourvoyeur d'emplois au monde pourrait tailler dans ses troupes. Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, s'apprêterait à proposer, ce 24 février, une réduction des effectifs de l'US Army, selon le New York Times dimanche 23 février.

L'armée américaine, avec ses 3,2 millions de personnes, est aujourd'hui le plus gros employeur mondial. Si elle décidait de suivre le plan de Chuck Hagel, ses effectifs atteindraient leur plus bas niveau depuis 1940, à la veille de la Seconde guerre mondiale.

L'US Air Force serait particulièrement visée: certaines escadrilles d'avions de chasse seraient complètement démantelées, selon le quotidien américain qui cite plusieurs responsables du Pentagone sous couvert d'anonymat.

Une armée défensive et moins offensive

Ce projet serait lié à la volonté de diminuer les dépenses militaires dans le cadre de la politique d'économies menée par l'administration Obama. Il répondrait en outre à la promesse du président américain d'en finir avec l'engagement américain en Irak et en Afghanistan.

En cas d'adoption du plan, l'armée américaine conserverait la capacité de répondre aux attaques, de défendre le territoire américain et les intérêts du pays à l'étranger. Mais il lui deviendra difficile d'occuper des territoires sur une longue durée, à fortiori sur plusieurs théâtres d'opération simultanément, comme c'est le cas actuellement.

Elle serait aussi clairement en difficulté si elle devait mener deux opérations militaires d'envergure en même temps. "Le succès prendrait plus de temps, et y il aurait un plus grand nombre de victimes", indique une source du journal.

Des fonctionnaires de la Défense ont indiqué au NYT que les chefs d'Etat-major ont donné leur aval à ces restrictions budgétaires. Reste que cette proposition promet de soulever de vastes débats au Congrès américain, où les républicains sont majoritaires.

N.G.