BFM Business

L'Afghanistan est le pire pays pour les enfants, dit l'Unicef

Enfants à Kaboul. Selon l'Unicef, l'Afghanistan est le pire pays au monde pour un enfant en raison du fort taux de mortalité infantile, de la violence et des problèmes de malnutrition et d'abus sexuels qui y règnent. /Photo prise le 21 février 2010/REUTER

Enfants à Kaboul. Selon l'Unicef, l'Afghanistan est le pire pays au monde pour un enfant en raison du fort taux de mortalité infantile, de la violence et des problèmes de malnutrition et d'abus sexuels qui y règnent. /Photo prise le 21 février 2010/REUTER - -

par Jonathon Burch HERAT, Afghanistan - L'Afghanistan est le pire pays au monde pour un enfant en raison du fort taux de mortalité infantile, de la...

par Jonathon Burch

HERAT, Afghanistan (Reuters) - L'Afghanistan est le pire pays au monde pour un enfant en raison du fort taux de mortalité infantile, de la violence et des problèmes de malnutrition et d'abus sexuels qui y règnent, selon l'Unicef.

"La situation en Afghanistan dans son ensemble est l'une des plus dramatiques en Asie du Sud et même dans le monde. Pour un enfant, l'Afghanistan est l'endroit le plus difficile où il peut naître", a déclaré dans un entretien à Reuters Daniel Toole, directeur régional de l'Unicef en Asie du Sud.

"Si je devais mentionner un défi, ce serait celui de la survie", a-t-il ajouté lors d'une visite à Herat cette semaine.

Le taux de mortalité infantile y est le plus élevé au monde: un quart des enfants afghans (257 sur 1.000) meurent avant leur cinquième anniversaire et 165 nourrissons sur 1.000 ne survivent pas plus d'un an, selon des données statistiques de l'Unicef datant de 2008.

L'Afghanistan présente le deuxième taux de mortalité maternelle au monde après la Sierre Leone avec 1.800 décès de femmes pour 100.000 naissances, selon des chiffres datant de 2005.

"Il faut ajouter à cela le conflit: les enfants sont déplacés, la production alimentaire est perturbée, donc les risques d'être mis encore plus en danger (...) rendent la situation bien plus dramatique", estime Daniel Toole.

"HISTOIRES DRAMATIQUES ET DOULOUREUSES"

La violence a atteint ces derniers mois son pire niveau en Afghanistan depuis le renversement des taliban en 2001. D'intenses combats entre les insurgés et les troupes afghano-étrangères ont contraint des milliers de civils à fuir leur foyer.

Selon Daniel Toole, un nombre de plus en plus important d'enfants fuient désormais à l'étranger, jusqu'en Europe occidentale et parfois même sans leurs parents.

En avril dernier, 24 adolescents afghans âgés de 14 à 16 ans avaient été retrouvés près d'une gare à Rome. L'ONG Save the Children avait alors estimé que les enfants afghans constituaient le groupe de mineurs non accompagnés le plus important de la capitale italienne.

Les mariages forcés et les abus sexuels sont un des problèmes majeurs auxquels font face les enfants - en particulier les jeunes filles. L'Unicef estimait en 2009 que 43% des jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans s'étaient mariées avant 18 ans.

Lors de sa visite à Herat, Daniel Toole s'est rendu dans un centre d'accueil pour jeunes femmes victimes d'abus, où il a rencontré une fillette de neuf ans contrainte de se marier avec un inconnu.

"Elle ne savait même pas qu'elle était mariée jusqu'à ce qu'on lui dise: 'voici ton mari'. Une autre a été mariée à 11 ans contre son gré."

"Des histoires dramatiques, douloureuses qui ne sont, je pense, que la partie émergée de l'iceberg. Je me demande combien de filles ont vécu la même chose et n'ont pas pu aller jusqu'à ce centre."

Malgré les difficultés, le responsable de l'Unicef affirme que des progrès ont été réalisés, notamment en matière d'éducation avec un nombre croissant de filles scolarisées.

"Il y a une amélioration mais il y a toujours tellement à faire ici", dit-il, évoquant une fois encore le défi de la "survie".

Clément Dossin pour le service français, édité par Gilles Trequesser