BFM Business

"J'ai quitté un pays communiste, la France, pour venir dans un pays libéral, la Chine!"

Pierre Gattaz était en Chine (photo d'illustration).

Pierre Gattaz était en Chine (photo d'illustration). - Eric Piermont - AFP

Pierre Gattaz, président du Medef, était en Chine avec une délégation de chefs d'entreprises. Il s'y est plaint de l'immobilisme de la France.

Pierre Gattaz a fait son one man show. Le président du Medef était en Chine, la semaine dernière, avec une délégation de chefs d'entreprises. L'Opinion raconte que le patron des patrons n'a pas hésité à faire l'éloge de ce pays. "Ce pays, en trente ans, est passé du Moyen Âge à la modernité", a-t-il dit lors d'une conférence.

Regrettant l'immobilisme de la France, il a même déclaré: " J’ai quitté un pays communiste, la France, pour venir dans un pays libéral, la Chine !". Pierre Gattaz a relaté les réunions "ubuesques" avec Arnaud Montebourg ou Marisol Touraine, précise le quotidien.

Ne pas "louper" la "phase 2" du développement chinois

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a appelé, fin octobre, les entreprises françaises à ne pas "louper" la "phase 2" du développement chinois soutenu par la consommation croissante de la classe moyenne. "La France a raté l'appel d'Alain Peyrefitte en 1973, 'Quand la Chine s'éveillera'. Malheureusement, je constate que l'on a un peu loupé le réveil, mais il n'est jamais trop tard pour participer au développement", avait-il affirmé.

Après cette "phase 1" basée sur l'industrialisation et l'achat d'électroménager et de voitures qui a surtout souri à des pays comme l'Allemagne, Pierre Gattaz a souligné qu'il fallait désormais saisir "la phase 2 du développement chinois", soutenu par la consommation. "Cette phase 2, avec des produits de qualité, est peut-être un peu plus pour les Français que pour les autres pays du monde", a-t-il affirmé, citant notamment des produits comme le vin, le champagne et l'agroalimentaire.

"Aujourd'hui, nous sommes sur un marché avec un développement de la consommation, une accélération du commerce en ligne, et des attentes sur la ville durable et sur l'environnement, qui est devenu la première préoccupation", a expliqué Sybille Dubois-Fontaine, directrice générale du Comité France Chine. "Nous sommes sur de nouveaux besoins chinois et il est vrai qu'aujourd'hui beaucoup d'acteurs français peuvent se positionner sur ce marché", a-t-elle assuré. "Il y a des opportunités et nous avons des atouts", a-t-elle ajouté.

D. L.