BFM Business

Guerre commerciale : une trêve avant le G20

Donald Trump et Xi Jinping à Pékin, en novembre 2017.

Donald Trump et Xi Jinping à Pékin, en novembre 2017. - Nicolas Asfouri - AFP

Selon la presse chinoise, un accord provisoire aurait été conclu entre les Etats-Unis et la Chine en attendant la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping.

Voit-on enfin le bout du tunnel dans l’escalade de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis ? Si on ne peut plus faire confiance aux multiples déclarations de Donald Trump soufflant continuellement le chaud et le froid, la presse chinoise indique que les Etats-Unis et la Chine sont convenus d'une trêve provisoire avant la rencontre entre les présidents des deux pays en marge du sommet du G20 ce week-end au Japon.

Les détails de l'accord, qui suspendrait la mise en oeuvre de nouveaux droits de douane américains sur 300 milliards de produits chinois supplémentaires, seront publiés sous forme de communiqués de presse coordonnés et non de déclarations communes, précise le journal.

Le South China Morning Post, qui cite plusieurs sources, indique que le feu vert de Washington à cet accord provisoire était la condition fixée par Xi pour une rencontre avec Trump.

Un porte-parole du ministère du Commerce à Pékin a par ailleurs déclaré que la Chine s'oppose aux abus américains en matière de contrôle des exportations mais appelle les Etats-Unis à revenir sur la voie de la coopération.

Prochain épisode : samedi

Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer samedi matin à 11h30 locales (02h30 GMT) à Osaka en marge du sommet du G20, a annoncé mercredi la Maison blanche.

Le président américain a menacé mercredi d'imposer de nouvelles taxes sur les importations chinoises tout en estimant « absolument possible » de parvenir à un accord sur le commerce avec son homologue chinois lors de leur rencontre.

Donald Trump a décidé le mois dernier de relever les droits de douane prélevés sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises - Pékin a répliqué par des mesures de rétorsion. Il a menacé d'imposer des taxes sur 300 milliards de produits chinois supplémentaires - ce qui couvrirait la quasi-totalité des importations chinoises aux Etats-Unis.

« On comprend que les deux partis n’iront pas à la rupture, tout en n’enregistrant aucun progrès significatif dans les négociations en cours. Le temps de la résolution, sous une forme ou une autre, des problèmes soulevés de part et d’autre n’est simplement pas venu », commente Hervé Goulletquer, stratégiste à la Banque Postale Asset Management.

« Au marché de devoir faire avec ; l’incertitude est là pour durer. Bien sûr, avec une psychologie ainsi calibrée, toute avancée un tant soit peu positive ne pourra qu’être reçue positivement. Un « coup de chapeau » sur le prix des actifs risqués en résulterait. Il nous semble pourtant que la trajectoire est bien à une négociation qui dure, avec d’inévitables phases de progrès et de blocage (voire de régression) », poursuit-il.

Olivier CHICHEPORTICHE