BFM Business

Guerre commerciale : les  consommateurs désormais concernés

Les Etats-Unis et la Chine, après avoir signé un accord commercial de "phase 1", entrent dans la "phase 2" de négociations.

Les Etats-Unis et la Chine, après avoir signé un accord commercial de "phase 1", entrent dans la "phase 2" de négociations. - JEWEL SAMAD / AFP

Les précédents droits de douane établis par le président Donald Trump dans la guerre commerciale qui oppose la la Chine aux Etats-Unis avaient peu affecté les consommateurs. Ceux annoncés jeudi risquent bien de les pénaliser directement.

Les nouveaux droits de douane doivent entrer en vigueur le 1er septembre. Ils concerneront 300 milliards de dollars d'importations chinoises jusque-là épargnées, à hauteur de 10%. Steve Pasierb, le président de la Fédération américaine du jouet, ne cache pas son inquiétude. « Cela touche les consommateurs frontalement » a-t-il estimé. « Il s'agit de produits finis, pas de matériau brut ». Et il n’est pas le seul à s’inquiéter. Les distributeurs américains redoutent cette mesure depuis des mois.

Et pour cause, ces nouveaux droits de douanes concernent des produits divers et variés, des sèche-cheveux aux baskets en passant par les téléviseurs ou encore les robes de mariée. « C'est très injuste pour le consommateur américain. C'est très injuste pour le fabricant », regrette Stephen Lang, directeur général de Mon Cheri Bridals dans le New Jersey et président de la Fédération de l'industrie des vêtements pour mariages et bals de fin d'année.

Et Donald Trump ne compte pas en rester là. Il a déjà prévenu qu'il pourrait encore augmenter les tarifs douaniers si Pékin n'acceptait pas les exigences américaines. Le Président américain a ainsi évoqué la possibilité d'aller « bien au-delà de 25% ».

Plusieurs fédérations professionnelles ont critiqué l'initiative du président américain. « Nous soutenons l'objectif de l'administration de restructurer la relation commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Mais nous sommes déçus que l'administration s'appuie sur une stratégie erronée de taxes douanières », regrette ainsi le vice-président de la Fédération nationale de la vente au détail, David French. « Ces droits de douane supplémentaires ne feront que menacer les emplois américains et augmenter le coût de biens de consommation courante pour les familles américaines », a-t-il ajouté.

Même son de cloche du côté de Gary Shapiro, président du lobby des groupes de grand électronique américain CTA. « Des représailles tarifaires, qu'elles soient de 10% ou 25%, sont des décisions malvenues (...) Les droits de douane sont des taxes payées par les consommateurs américains, pas par le gouvernement chinois ».

Chute des actions des groupes de distribution

L’inquiétude se fait déjà largement sentir sur les marchés. Les actions des groupes de distribution ont fortement chuté jeudi, en particulier les chaînes Best Buy, Target et Macy's. A un moindre degré, Apple et Nike y ont aussi perdu des plumes. Les actions des géants Amazon et Walmart ont également baissé, mais moins que la plupart de leurs concurrents car ils sont perçus comme ayant plus de poids auprès de leurs fournisseurs.

En mai, le directeur financier de Walmart, Brett Biggs, avait déclaré que ses équipes commerciales travaillaient sur les droits de douane « depuis des mois » et planchaient sur « des stratégies d'atténuation appropriées », tout en prévenant qu'un certain impact sur les prix serait inévitable.

La décision de jeudi pourrait donc fortement menacer les dépenses de consommation aux Etats-Unis, un pilier de la croissance américaine, qui continue jusqu'à présent d'afficher de solides performances.

Sandrine Serais