BFM Business

Guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis: chronologie d'une escalade

Xi Jinping, le dirigeant chinois et Donald Trump, le président américain.

Xi Jinping, le dirigeant chinois et Donald Trump, le président américain. - (Montage) Saul Loeb - Nicolas Asfouri - AFP

Washington et Pékin ont publié, à quelques heures d'intervalles mardi, une liste de produits importés de Chine et des États-Unis susceptibles d'être visés par des droits de douanes. Retour sur les dates cruciales qui ont mené vers ce qui a tout d'une guerre commerciale.

Quelques heures après la publication mardi par l'administration Trump d'une liste provisoire de produits importés susceptibles d'être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec sa propre liste visant des importations du même montant annuel: 50 milliards de dollars. La Chine a sorti l'artillerie lourde en visant cette fois des produits plus stratégiques dont le soja, l'automobile et l'aéronautique, qui pèsent lourd dans la balance. Retour sur un mois d'escalade de tensions commerciales entre Washington et Pékin.

> Le 8 mars: Des taxes américaines sur l'acier et l'aluminium importés

Le président américain Donald Trump promulgue des droits de douane de 25% sur les importations américaines d'acier et de 10% sur celles d'aluminium au nom de la sécurité nationale. Il exempte provisoirement le Canada et le Mexique, ses partenaires dans l'accord de libre-échange nord-américain Aléna puis d'autres pays dont ceux de l'Union européenne. Pas la Chine.

> Le 22 mars: Trump vise nommément Pékin

Donald Trump signe "un memorandum ciblant l'agression économique de la Chine". L'administration Trump annonce que les États-Unis vont imposer de nouvelles taxes sur quelque 60 milliards d'importations chinoises en rétorsion au "vol de propriété intellectuelle" pour protéger les entreprises américaines. Le président donne 15 jours à son représentant au commerce (USTR) Robert Lighthizer pour dresser une liste de produits.

> Le 23 mars: Pékin contre-attaque

En rétorsion aux taxes sur l'acier et l'aluminium, Pékin dévoile une liste de 128 produits sur lesquels il affirme vouloir appliquer des droits des douanes de 15% à 25% en cas d'échec des négociations engagées avec Washington. Parmi eux, des fruits frais, la viande de porc et l'aluminium recyclé: les produits américains importés visés représentaient trois milliards de dollars l'an dernier.

> Le 26 mars: La Chine amplifie ses menaces

Les autorités chinoises exhortent les États-Unis à cesser leur "intimidation économique" et menacent de nouveau de mesures de rétorsion.

> Le 2 avril: Les mesures punitives chinoises adoptées

La Chine met sa menace du 23 mars à exécution. Elle déclenche des mesures punitives contre 128 produits américains en réponse aux droits sur l'acier et l'aluminium. Les fruits, le porc et le vin californien sont notamment dans le collimateur des autorités chinoises.

> Le 3 avril: Les États-Unis lancent une deuxième salve

Pour faire suite à la demande présidentielle du 22 mars, Robert Lighthizer publie la liste provisoire de produits importés susceptibles d'être soumis à de nouveaux droits de douane en représailles "au transfert forcé de technologie américaine et de propriété intellectuelle". Cette liste, qui vise des importations représentant "approximativement 50 milliards de dollars", cible des produits de différents secteurs dont l'aéronautique, les technologies de l'information et de la communication ou encore la robotique et les machines.

> Le 4 avril: Pékin réplique et tape là où ça fait mal

Quelques heures après la publication de la liste provisoire, Pékin réplique avec sa propre liste visant des importations du même montant annuel: 50 milliards de dollars. La Chine sort l'artillerie lourde en visant cette fois des produits plus stratégiques dont le soja, l'automobile et l'aéronautique, qui pèsent lourd dans la balance.

Donald Trump assure lui: "Nous ne sommes pas dans une guerre commerciale avec la Chine, cette guerre a été perdue il y a de nombreuses années par des personnes stupides ou incompétentes, des personnes représentant les États-Unis". Le président américain met en avant le déficit commercial des biens avec Pékin (375,2 milliards en 2017). "Avec le vol de la propriété intellectuelle, ce sont 300 milliards de dollars supplémentaires. Cela ne peut plus durer!", lance-t-il dans un tweet.

Et d'ajouter : Quand on est déjà déficitaire de 500 milliard, on n'a plus rien à perdre!

Pendant ce temps-là, sans qu'aucune campagne anti-américaine officielle n'a été lancée, des appels au boycott des produits américains se multiplient sur les réseaux sociaux chinois. "Les fils et les filles de Chine doivent s'unir et boycotter les produits américains, la guerre moderne est menée par le
peuple", affirme un utilisateur de Weibo, principal réseau social chinois, sous le pseudonyme Deanliu1314. "Je soutiens fermement toutes les mesures commerciales que la Chine prend contre les Etats-Unis", dit un autre, ajoutant qu'il va boycotter tous les produits américains et sud-coréens.

N.G. avec AFP