BFM Business

Guerre commerciale: Donald Trump joue l'apaisement pour réduire le déficit américain

A l'issue d'une série de tweets publiés mardi, le chef de l'Etat américain a assuré que les Etats-Unis étaient de nouveau "prêts à faire affaire" avec plusieurs pays.

C'est l'un des paradoxes de Donald Trump. Alors qu'il ne cesse d'accuser la Chine depuis plusieurs années de "piller" la propriété intellectuelle des entreprises américaines, le président américain a assuré mardi vouloir éviter de mettre en place des politiques commerciales qui nuiraient à l'économie des Etats-Unis. Et ce, alors même que son administration est engagée dans des bras de fer commerciaux avec plusieurs pays.

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

Donald Trump a ainsi déclaré, à l'issue d'une série de tweets, que les Etats-Unis étaient "prêts à faire affaire!".

"Nous ne voulons pas rendre impossibles les échanges commerciaux avec notre pays. Cela signifierait simplement que les commandes iraient ailleurs" qu'aux Etats-Unis, a-t-il écrit auparavant. "J'ai vu certaines propositions de loi circuler, y compris celles envisagées par le Congrès, et elles sont ridicules", a encore tempêté le président.

Souffler le chaud et le froid

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump a pourtant imposé des tarifs douaniers sur des milliards de dollars de biens importés aux Etats-Unis et déclenché des conflits commerciaux avec la majorité des partenaires du pays. Principale cible de son courroux, la Chine, avec laquelle un premier accord a été signé mi-janvier. La plupart des tarifs douaniers ont néanmoins été maintenus.

"Nous voulons vendre des produits et des biens à la Chine et à d'autres pays. C'est ça le commerce", a continué Donald Trump, disant vouloir "que la Chine achète nos moteurs d'avions, les meilleurs au monde" (…) "Les Etats-Unis ne deviendront pas un pays où acheter des produits est difficile", a promis Donald Trump, citant "l'excuse ressassée de la sécurité nationale". 

C'est pourtant ce qu'il a invoqué pour imposer des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium du monde entier, ou interdire aux opérateurs de télécoms américains d'utiliser des subventions pour financer l'achat d'équipements auprès des Chinois Huawei et ZTE.

En représailles, des biens américains, dont les produits agricoles, ont été frappés de droits de douane, ce qui a conduit la Maison Blanche à subventionner les agriculteurs à coup de millions de dollars.

La plupart du temps, les traditionnels clients des Etats-Unis se sont tournés vers des alternatives moins coûteuses.

"A chaque série de tarifs douaniers imposés en cascade, Trump a apeuré des entreprises américaines, les incitant à devenir protectionnistes", a récemment écrit Chad Brown, expert en commerce au Peterson Institute for International Economics, dans une revue universitaire.

"Pour beaucoup d'Américains, les coûts élevés consécutifs à ces tarifs douaniers signifient qu'ils ne peuvent plus rivaliser avec des entreprises étrangères, que ce soit aux Etats-Unis ou dans le monde", a enfin précisé Chad Brown.

J.C-H avec AFP