BFM Business

François Hollande ne veut pas "d’amnistie pour les exilés fiscaux"

La France et la Suisse veulent lutter contre l'exode fiscal

La France et la Suisse veulent lutter contre l'exode fiscal - -

Lors d’une conférence avec la présidente de la confédération suisse, Eveline Widmer-Schlumpf, François Hollande a annoncé qu’il souhaitait un renforcement de la coopération franco-suisse.

La lutte contre les exilés fiscaux continue. François Hollande, lors d’une conférence vendredi 7 décembre avec la présidente de la confédération suisse, Eveline Widmer-Schlumpf, a annoncé qu’il souhaitait un renforcement de la coopération entre la France et la Suisse dans la lutte contre la fraude fiscale, estimant qu'"il ne pouvait pas y avoir d'amnistie" pour les exilés fiscaux français en Suisse.

"Nous avons des conventions fiscales que nous devons revoir" pour pouvoir "taxer un certain nombre de biens et revenus de citoyens français en Suisse", a déclaré François Hollande.

Parmi elles, il a évoqué "la convention fiscale sur les successions" en cours de négociation entre les deux pays qui doit "permettre de mieux taxer un certain nombre de dévolution de patrimoine de citoyens français en Suisse".

Régler la convention sur les successions

La Suisse souhaite, à travers le projet "Rubik", autoriser les détenteurs étrangers de comptes helvètes à régulariser leur situation et protéger leur identité en échange d'un impôt reversé à leur pays d'origine.

François Hollande a estimé pour sa part qu'avant de se "lancer dans une telle opération", il fallait d'abord "régler la convention sur les successions" et aller plus loin dans "la recherche d'informations" et "la coopération fiscale".

De son côté, Eveline Widmer-Schlumpf a souligné que "pour les Suisses, c'est important d'avoir une solution avec tous les pays qui sont nos partenaires économiques qui nous laissent régulariser le passé sans amnistie". "Nous ne voulons pas avoir une amnistie, nous voulons un accord qui permette de taxer les contribuables qui ont un compte en Suisse avec une amende", a-t-elle expliqué.

"Les agents du fisc français ne passent pas leurs vacances en Suisse pour traquer les fraudeurs"

Alors que la presse helvète soupçonne des agents du fisc français de venir passer leurs vacances en Suisse pour traquer les fraudeurs, François Hollande a assuré "qu'il n'y a pas d'agents du fisc français présents en Suisse dès lors qu'ils n'ont pas été autorisés à l'être par les autorités de ce pays".

"Nous, ce que nous demandons, c'est d'avoir des informations qui viennent officiellement et nous n'avons pas à les rechercher par d'autres moyens", a dit le président français.

"Si j'ai pu rassurer, j'en suis heureux. Si vous voyez des Français, ne pensez pas qu'ils viennent passer leurs vacances parce qu'ils sont agents des impôts, c'est parce qu'ils aiment la Suisse tout simplement", a-t-il ensuite plaisanté.

Diane Lacaze et AFP