BFM Business

Etats-Unis: les finances des Clinton font jaser

Hillary Clinton facture entre 200.000 à 300.000 dollars l'intervention à l'université.

Hillary Clinton facture entre 200.000 à 300.000 dollars l'intervention à l'université. - -

L'ancienne responsable de la diplomatie américaine qui pourrait briguer la Maison Blanche en 2016, Hillary Clinton, est à Paris ce 7 juillet. Aux Etats-Unis, elle est la cible d'attaques pour ses honoraires de professeur et les finances de la fondation Clinton.

Hillary Clinton est à Paris ce lundi 7 juillet pour assurer la promotion de son livre "le temps des décisions". Aux Etats-Unis, celle qui n'est officiellement pas candidate à la Maison Blanche en 2016 est de plus en plus critiquée pour son rapport à l'argent. Le couple Clinton s'avère être une redoutable machine à lever des fonds, ce qui commence à leur poser des problèmes politiques.

La dernière controverse en date concerne les universités. Hillary Clinton se fait payer de 200.000 à 300.000 dollars par intervention devant les universités américaines, y compris les universités publiques au budget limité.

Ces débats interviennent sur fond de débat sur les droits d'entrée qui deviennent de plus en plus prohibitifs pour les étudiants. Dans une université du Nevada, les étudiants demandent publiquement que Madame Clinton rende les 225.000 dollars payés pour son intervention.

Un réseau de financement étendu

Devant les critiques, Hillary Clinton vient de dire que tout ce qu'elle gagne grâce aux universités serait versé à la fondation Clinton. Une fondation qu'elle co-dirige avec son mari, l'ancien président, et qui œuvre dans le domaine du développement.

Mais la fondation elle-même devient l'objet de toutes les attentions. Où l'on découvre l'impressionnante capacité du couple Clinton à lever des fonds. Au total, près de 3 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal.

Et là, il ne s'agit plus seulement de conférences grassement rémunérées, mais d'un réseau de financement venant des milieux d'affaires et de Wall Street où les Clinton sont beaucoup mieux traités que les autres démocrates.

Si elle est candidate, cela pourra aider Hillary Clinton compte tenu de la flambée des dépenses de campagne. Mais cela peut aussi présenter un handicap. La classe moyenne démocrate qui a souffert de la crise pourrait vouloir d'un candidat moins lié aux milieux financiers.

Jean-Bernard Cadier correspondant à New York