BFM Business

Etats-Unis: le ton monte autour du mur budgétaire

Le camp de Barack Obama menace de devoir relâcher des criminels, si les coupes budgétaires automatiques tombent

Le camp de Barack Obama menace de devoir relâcher des criminels, si les coupes budgétaires automatiques tombent - -

Faute d'un accord entre la Maison Blanche et le Congrès, des coupes budgétaires entreront automatiquement en vigueur à la fin de la semaine. Ce qui serait dramatique pour l'économie, clame Obama.

Aux Etats-Unis la querelle budgétaire entre la Maison Blanche et le Congrès prend une tournure spectaculaire, ce mercredi 27 février. L'administration a annoncé qu'elle a été contrainte de libérer plusieurs centaines de détenus, des immigrants clandestins.

Elle assure qu'elle n'avait plus les moyens de garder ces personnes en détention à cause des coupes budgétaires automatiques qui doivent intervenir à partir de vendredi, s’il n’y pas d’accord au Congrès.

Ces coupes budgétaires sont drastiques : elles prévoient 85 milliards de dollars d’économies sur un an.

Que les Démocrates "se bougent les fesses"

L’administration Obama, depuis plusieurs jours, déclare que ce phénomène aura des conséquences terribles pour l’économie mais aussi pour la société américaine. Le ministre américain de la justice, Eric Holder, a même affirmé "être obligé de libérer des criminels".

Les Républicains de leur côté sont furieux. Ils affirment que Barack Obama essaie de jouer sur la peur et sa popularité dans les sondages pour imposer de nouvelles hausses d’impôts alors qu’il en a déjà obtenu au mois de janvier.

L’impasse est totale. Les Républicains estiment que la faute reviendra aux Démocrates si aucun accord n’est noué, vendredi. Le leader républicain John Boehner a même déclaré qu’"il est temps que les Démocrates se bougent les fesses".

En tout cas cette escalade verbale a peut-être eu des vertus. On a ainsi appris, ce mercredi 27 février, qu’une réunion aura lieu vendredi entre le président Obama et les leaders républicains, à la Maison Blanche.

Jean Bernard Cadier