BFM Business

Donald Trump va-t-il avoir raison de l'indépendance de la Fed?

Janet Yellen n'a pas étéé pargnée par les critiques de Donald Trump

Janet Yellen n'a pas étéé pargnée par les critiques de Donald Trump - Alex Wong - Getty Images North America - AFP

Le futur président américain a plusieurs fois critiqué la politique monétaire menée par la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen. Il pourrait être tenté de réduire l'indépendance de l'institution américaine.

Lors de la campagne présidentielle, Donald Trump n'a pas été avare d'attaques en tout genre, n'épargnant pas sa rivale démocrate Hillary Clinton, qu'il avait qualifiée de "méchante femme".

Ses piques à l'attention de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine, ont toutefois été un peu moins médiatisées. Début septembre 2016, Donald Trump avait ainsi accusé Janet Yellen, une démocrate, de faire le jeu de Barack Obama en n'augmentant pas ses taux directeurs. "Ils (la Fed, ndlr) gardent les taux bas de sorte que tout le reste ne descende pas. nous avons une 'fausse économie'", lançait-il.

Janet Yellen bientôt démissionnaire?

"À un moment les taux vont devoir changer", affirmait-il à Reuters. Il avait ensuite déclaré que Janet Yellen "devrait avoir honte" de ce qu'elle était en train de faire, ajoutant que la Fed était tout sauf indépendante.

Des accusations auxquelles Janet Yellen avait répondu en maintenant haut et fort que la politique n'entrait pas en ligne de compte dans les décisions de la Fed et que celle-ci faisait bel et bien preuve d'indépendance.

Cette passe d'armes avait amené plusieurs observateurs à penser que la présidente de la Fed pourrait quitter la présidence de l'institution si Donald Trump était élu. C'est l'opinion de Paul Ashworth, économiste chez Capital Economics qui expliquait "qu'après tout, une majorité d'Américains semblent d'accord avec les critiques de Trump sur Yellen".

"C'est ridicule" avait alors réagi l'ancien vice-président de la Fed, Alan Blinder, qui avait travaillé avec Yellen entre 1994 et 1996 et affirmait à Bloomberg être prêt à parier qu'elle "ne ferait jamais cela".

Dans tous les cas Donald Trump avait notablement oublié que Janet Yellen est loin d'être la seule à décider de la politique monétaire des États-Unis puisque les taux sont fixés par un comité de politique monétaire qui comprend 12 personnes...

Richard Nixon, déjà, avait tenté le coup...

En revanche, que Janet Yellen reste jusqu'à la fin de son mandat (fin 2018) ou non, Donald Trump pourrait être tenté de mettre la Fed sous étroite surveillance.

"Le risque pourrait être de tenter de réduire l’indépendance de la Fed, soit de façon autoritaire, en changeant les textes, soit en reprenant un souhait des républicains du congrès visant à réduire les marges de manœuvre de la banque centrale", expliquait l'économiste de Natixis AM, Philippe Waechter, dans une note le 28 octobre dernier, dans laquelle il envisageait l'élection de Donald Trump. "L’idée est d’obliger la Fed à suivre des règles précises dans la gestion de sa politique monétaire. La Fed pourrait toujours être indépendante dans les textes institutionnels, elle ne le serait plus dans les faits", indiquait-il.

Donald Trump ne serait alors pas le premier président des États-Unis à remettre en cause l'indépendance de la Fed. Richard Nixon, en 1970, avait ainsi fait pression sur le président de l'époque, Richard Burns, pour que celui-ci adopte une politique monétaire encline à sa réélection. Nixon lui avait alors même affirmé que l'indépendance de la Fed était "un mythe".