BFM Business

Donald Trump envisage de taxer les importations de voitures

Donald Trump estime que les échanges commerciaux sont déséquilibrés dans le secteur automobile.

Donald Trump estime que les échanges commerciaux sont déséquilibrés dans le secteur automobile. - Fabrice Coffrini - AFP

Le président américain juge déséquilibrés les échanges commerciaux dans le secteur automobile, notamment avec l'UE.

Donald Trump envisage désormais d'imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux États-Unis, selon un communiqué de la Maison Blanche publié mercredi.

"J'ai demandé au secrétaire (au Commerce Wilbur) Ross d'envisager d'initier une enquête sous la Section 232 sur les importations de véhicules, y compris les camions et les pièces détachées, pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale américaine", indique ainsi le président des États-Unis, cité dans ce texte.

Wilbur Ross a aussitôt lancé cette enquête, selon un communiqué du secrétariat au Commerce.

Cette décision a été prise alors que M. Trump juge déséquilibrés les échanges commerciaux dans ce secteur notamment avec l'Union européenne (UE) et à quelques jours de la fin de l'exemption provisoire de l'UE des taxes sur l'acier et l'aluminium.

Ces taxes pourraient culminer à 25% sur les importations de véhicules, d'après un article du Wall Street Journal publié peu avant l'officialisation de la nouvelle par la Maison Blanche. Wilbur Ross a quant à lui affirmé dans le communiqué du secrétariat au Commerce qu'"il y a des preuves suggérant que, durant des décennies, les importations depuis l'étranger ont érodé notre industrie automobile nationale".

L'Allemagne visée

L'enquête devra déterminer "si le recul du nombre de véhicules et la baisse de la production de pièces détachées menacent d'affaiblir l'économie nationale, notamment en réduisant la recherche développement, les emplois pour les travailleurs qualifiés dans le secteur du véhicule connecté, du véhicule autonome (...) et les autres technologies de pointe", a encore précisé le ministère.

Donald Trump a déjà maintes fois évoqué des taxes punitives pour protéger l'industrie automobile américaine qui viseraient notamment l'Allemagne, dont les excédents commerciaux exaspèrent le président américain. Selon lui, les voitures américaines sont frappées de taxes supérieures à celles imposées sur les automobiles européennes.

Les taxes européennes sur les importations de voitures en provenance des États-Unis et des pays hors UE s'élèvent en effet à 10% quand les droits de douanes américains sur celles en provenance de l'Union européenne ne s'élèvent qu'à 2,5%. Toutefois, au sein du secteur automobile, les États-Unis taxent les importations de camions et de pick-up (camionnettes à plateau) à hauteur de 25% alors que les importations de ces mêmes produits au sein de l'Union européenne sont taxés dans une bien moindre mesure, à 14% en moyenne.

"Très difficile à comprendre" pour l'UE

Le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen a affirmé jeudi que d'éventuelles taxes américaines sur les automobiles de l'UE, envisagées par Donald Trump, seraient "très difficiles à comprendre".

"Si les États-Unis augmentaient unilatéralement les droits de douane sur les voitures, ce serait évidemment contraire aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et il est très difficile d'imaginer que (les importations d'automobiles) créent la moindre menace à la sécurité nationale" américaine, a-t-il expliqué. "C'est très difficile à comprendre", a-t-il estimé.

Y.D. avec AFP