BFM Business

Croissance: l'OCDE tire la sonnette d'alarme

L'OCDE a abaissé ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale

L'OCDE a abaissé ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale - Éric Piermont - AFP

L'organisation a largement revu à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année, prenant acte de perspectives morose. La France est toutefois relativement épargnée puise l'OCDE anticipe 1,2% de hausse du PIB contre 1,3% auparavant.

L'OCDE a confirmé jeudi les craintes sur la santé de l'économie mondiale, en amputant ses prévisions de croissance pour la seconde fois en trois mois, "déçue" à la fois par le ralentissement des pays émergents et la "très modeste" reprise des économies avancées.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) table désormais sur une croissance mondiale de 3% pour cette année, contre 3,3% en novembre dernier quand elle avait déjà amputé ses prévisions de 0,3 point.

La France épargnée

À l'image du Fonds monétaire international (FMI), qui a également revu à la baisse ses chiffres en janvier, l'organisation internationale basée à Paris se fonde sur de "récentes données décevantes" sur la croissance mondiale et craint les conséquences de la baisse des cours du pétrole et des matières premières, ainsi que celles du ralentissement de l'économie chinoise.

Le ralentissement est "généralisé", relève l'OCDE, soulignant qu'il n'y a pas vraiment de locomotive qui tire la croissance, comme ces dernières années quand celle des émergents pouvait compenser les ralentissements des pays développés. "La croissance du PIB mondial ne devrait pas être supérieure cette année à celle de l'année dernière, qui était déjà la plus lente des cinq dernières années", a-t-elle prévenu dans la révision de ses prévisions économiques.

Pour 2017, elle abaisse également sa première prévision publiée il y a trois mois de 3,6 à 3,3%, ne s'attendant désormais qu'à un très léger rebond de la croissance.

Si elle ampute de 0,5 point les prévisions de croissance pour les Etats-Unis à 2% et pour l'Allemagne à 1,3%, elle est plus clémente pour la France. La prévisions reste pratiquement stable à 1,2% (contre 1,3% précédemment), soit un niveau inférieur au 1,5% de croissance attendu par le gouvernement.

Si les prévisions pour la Chine restent sans changement à 6,5% et celles de l'Inde gagnent même 0,1 point à 7,4%, le Brésil est le pays le plus sévèrement dégradé par l'OCDE, qui prévoit désormais une récession atteignant -4% en 2015, contre -1,2% il y a trois mois.

J.M. avec AFP