BFM Business

Conflits d'intérêts: la déclaration en trompe-l'œil de Trump

Donald Trump devrait laisser les manettes de son empire à ses enfants.

Donald Trump devrait laisser les manettes de son empire à ses enfants. - Spencer Pratt - AFP

Afin d'éviter les conflits d'intérêts, le président des États-Unis a annoncé qu'il va lâcher les rênes de sa "formidable entreprise" d'immobilier. Il devrait laisser la main à ses enfants. Mais selon les experts, cela ne règle pas le problème.

Donald Trump a cherché à faire taire les critiques sur ses conflits d'intérêts en annonçant qu'il se mettrait en retrait de son empire immobilier avant d'entrer à la Maison Blanche le 20 janvier prochain.

Dans des tweets, le président élu des États-Unis a annoncé qu'il tiendrait le 15 décembre à New York une "conférence de presse majeure" en présence de ses enfants. Elle portera "sur le fait que je quitterai ma formidable entreprise afin de me concentrer entièrement et totalement à la direction du pays et à redonner à l'AMÉRIQUE SA GRANDEUR!", a twitté le prochain président américain, reprenant son slogan de campagne. Car de nombreuses questions sur les conflits d'intérêts ont été soulevées par l'arrivée inédite à la Maison Blanche d'un richissime homme d'affaires à la tête d'un empire aux ramifications internationales.

Aucune obligation de s'isoler

Donald Trump a réaffirmé que légalement il n'avait aucune obligation de s'isoler de la gestion de son entreprise. Mais "je sens que c'est important (...) de n'avoir aucun conflit d'intérêts avec mes diverses affaires, en tant que président", a-t-il toutefois souligné. Il a assuré qu'il allait se "retirer totalement des opérations de gestion des affaires" car "la présidence est une tâche bien plus importante!".

Il envisagerait de passer la main à trois de ses enfants, Ivanka, Eric et Donald Jr, selon les maigres détails qu'il a donnés depuis qu'il s'est lancé dans la course présidentielle en juin 2015. Pour nombre d'experts cependant, cela ne règlera en rien les problèmes de conflits d'intérêts, ces trois enfants étant ses proches conseillers et jouant un rôle actif dans les nominations de la future administration Trump.

D. L. avec AFP