BFM Business

Clément Pairot: "Bernie Sanders fait peur à l'establishment mais pas aux citoyens"

Invité sur BFM Business, Clément Pairot, ancien membre de la campagne de Bernie Sanders à la primaire démocrate et auteur du livre "Democrazies: un Frenchie dans la campagne de Bernie Sanders", est notamment revenu sur l'image que véhicule ce dernier aux Etats-Unis.

Le "Super Tuesday" américain édition 2020 a vu s'opposer deux grandes figures dans la course à l'investiture démocrate pour affronter Donald Trump. Avec d'un côté, Joe Biden, l'ancien vice-président de Barack Obama, qui a effectué un spectaculaire retour en force, de l'autre, Bernie Sanders, qui - bien que considéré comme ultra-favori - a su résister… Le combat promet dans tous les cas d'être long.

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

Invité dans 12H L'Heure H ce mercredi, Clément Pairot a tenu à revenir sur cet événement et sur son aspect capital lors des élections américaines.

"C'est un moment charnière. C'est un moment charnière médiatiquement et c'est un moment charnière dans la dynamique de l'élection", explique l'ancien membre de la campagne de Bernie Sanders.

Perçu comme un candidat très à gauche outre-Atlantique, Bernie Sanders effraie autant qu'il séduit aux Etats-Unis.

"Il fait peur à 'l'establishment' médiatique, économique et politique. Il ne fait pas peur aux citoyens", détaille Clément Pairot. "Vous parliez tout à l'heure de l'ISF, c'est contre-intuitif, mais les sondages le montrent. Sondage après sondage, l'ISF que propose Bernie Sanders est majoritaire dans l'opinion publique américaine".

Le camp démocrate prêt à affronter Donald Trump?

Clément Pairot en a, par ailleurs, la conviction. Contrairement aux élections de 2016, le camp démocrate serait aujourd'hui bien mieux organisé qu'il y a quatre ans pour barrer la route de l'actuel président et l'empêcher ainsi d'être réélu.

"On voit que l'establishment démocrate est beaucoup mieux organisé. Notamment parce qu'il y a un acteur dans l'ombre, Barack Obama, qui est beaucoup plus fédérateur que quiconque en 2016 du côté Républicain. (…) L'autre élément c'est que (…) Bernie Sanders pour le moment propose des mesures pour les Américains, mais il n'a pas proposé une porte de sortie honorable pour 'l'establishment' démocrate (…) Si Bernie Sanders ne leur propose pas une solution (aux lobbies de l'establishment démocrate – NDLR) pour sortir la tête haute de cette élection, ils seront vent debout, ils feront front derrière Joe Biden. Et c'est peut-être aujourd'hui la grande faiblesse de Bernie Sanders", conclut-il.
JCH