BFM Business

Chine : la croissance fait de la résistance

Drapeau de la Chine

Drapeau de la Chine - AFP

Malgré la guerre commerciale, le Bureau national des statistiques (BNS) annonce une hausse du PIB de 6,4% au premier trimestre.

Il ne faut pas enterrer la croissance chinoise trop vite. Malgré la guerre commerciale et les doutes qui se sont accumulés ces derniers mois sur l’activité économique du pays, les chiffres dévoilés par le Bureau national des statistiques (BNS) montrent une belle résistance de la croissance. Le PIB grimpe ainsi de 6,4% au premier trimestre de l’année.

C’est mieux que prévu puisque les analystes s’attendaient à une croissance de 6,3% après une année 2018 marquée par des ralentissements successifs au quatre trimestres (6,8%, 6,7%, 6,5%, 6,4%). Pour autant, Pékin garde en tête la fragilité de cette bonne nouvelle. « Compte tenu du ralentissement de la croissance économique mondiale et du commerce international, des incertitudes internationales croissantes et d'importants problèmes structurels internes, (...) la pression à la baisse sur l'économie persiste » indique Mao Shengyong, porte-parole du BNS.

Plan de relance

Début mars, la Chine a engagé un vaste plan de relance de son économie. Au programme : des réductions d’impôts et de taxes pour les entreprises à hauteur de 2000 milliards de yuans (259 milliards d’euros). La TVA va ainsi baisser de trois points, de 16% à 13% pour les produits industriels et de 10% à 9% pour des secteurs tels que les transports et le bâtiment. Mais l'exécutif prévoit aussi une hausse des dépenses publiques dans les infrastructures. Le déficit budgétaire est ainsi porté à 2,8% du PIB contre 2,6% l’année dernière.

L’autre enjeu pour la Chine sera surtout d’en finir avec la guerre commerciale avec les Etats-Unis, qui pèse sur la confiance des entreprises chinoises. Si des « avancées » sont régulièrement annoncées, la résolution du conflit peine encore à intervenir.

La rédaction avec AFP