BFM Business

Chine: des investissements étrangers record en 2013

Les investissements étrangers directs en Chine ont pulvérisé leur record en 2013.

Les investissements étrangers directs en Chine ont pulvérisé leur record en 2013. - -

La Chine n'a jamais autant attiré les capitaux des entreprises étrangères sur son sol qu'en 2013, indique ce 16 janvier le ministère de l'économie du pays. Point sur les investissement provenant de la France.

Les entreprises étrangères n'ont jamais autant investi en Chine. L'investissement direct étranger (IDE) y a atteint le montant record de 117,59 milliards de dollars (86,2 milliards d'euros) en 2013. Un montant en augmentation de 5% par rapport à 2012.

Les IDE, ce sont ces investissements réalisés pour implanter une filiale à l'étranger, ou la développer, ou encore pour prendre une participation dans une entreprise étrangère. Leur taux n'a cessé de croître depuis l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce en 2001, précise le ministère chinois du commerce, ce 16 janvier.

Les entreprises asiatiques sont de loin les plus gros investisseurs en Chine, avec une croissance des investissements de 7,1% à 102,5 milliards de dollars (75,2 milliards d'euros) en 2013. Les investissements de l'Union européenne (UE) ont progressé de 18,1% l'an dernier, à 7,2 milliards de dollars (5,3 milliards d'euros), et ceux des Etats-Unis de 7,1% à 3,4 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros).

La France, troisième investisseur européen en Chine en 2013

Concernant l'Hexagone, les investissements des entreprises françaises en Chine n'ont cessé d'augmenter au cours de la dernière décennie. En 2011, ils atteignaient 1,6 milliard d'euros. Ce montant, calculé par la direction française du Trésor, inclut les flux financiers, contrairement à ceux donnés plus haut, issus du ministère chinois du commerce. Les services financiers sont en effet le premier poste d'investissement de la France en Chine, à 16,7%.

Ces fonds sont principalement investis dans l'industrie manufacturière chinoise, à hauteur d'environ 46%. Ensuite, 16,3% de cette manne est versée dans le secteur de l'énergie, dans lequel sont regroupés la production et la distribution d'eau, de gaz, d'électricité et la gestion des déchets. Troisième secteur à attirer les investissements : les industries chimiques, à 15,4%. Viennent ensuite l'automobile et le matériel de transport (5,9%), puis, en proportions équivalentes, les équipements informatiques et la métallurgie (5,3%).

La Grande Chine représentait en 2011 2,6% des investissements directs étrangers de la France. Elle était donc le 12e pays à recevoir des fonds d'entreprises françaises. A l'époque, les IDE français étaient les deuxièmes provenant d'Europe, derrière ceux de l'Allemagne. En 2012, ils passaient derrière ceux des Pays-Bas, mais restaient devant les Britanniques.

N.G.