BFM Business

Catastrophe écologique au Brésil: BHP Billiton promet toute son aide

Le village de Bento Rodrigues a été dévasté.

Le village de Bento Rodrigues a été dévasté. - Christophe Simon - AFP

Un barrage de déchets de minerais a cédé le 5 novembre. Une gigantesque coulée de boue a fait au moins 13 morts et dévasté des zones de forêt tropicale.

BHP Billiton va devoir agir et vite. Le géant minier anglo-australien a de nouveau promis lundi toute son aide après la rupture d'un barrage de déchets miniers le 5 novembre au Brésil alors que le gouvernement brésilien va réclamer en justice des milliards de dollars. Le gouvernement brésilien a annoncé vendredi qu'il réclamait 5,2 milliards de dollars devant la justice civile dans une procédure qui vise la compagnie Samarco, propriétaire du barrage, et ses deux actionnaires à parts égales, les géants miniers brésilien Vale et BHP.

BHP a dit lundi être au courant de cette annonce même s'il n'a pas été notifié officiellement de la procédure. "BHP confirme son engagement à soutenir Samarco pour reconstruire la communauté et restaurer l'environnement affectés par la rupture du barrage", dit dans un communiqué le numéro un mondial de la mine. L'action judiciaire du gouvernement brésilien vise à créer un "fonds d'au moins 20 milliards de réais (5,2 milliards de dollars)", qui devra servir à dédommager les victimes et réparer les dégâts environnementaux considérables causés au bassin du fleuve Rio Doce, le deuxième plus important du Brésil après l'Amazone.

280.000 personnes sans eau

Un barrage de déchets de minerais de fer de Samarco a cédé le 5 novembre près de la ville historique de Mariana, libérant une gigantesque coulée de boue qui a totalement submergé le village de Bento Rodrigues, faisant au moins 13 morts. La coulée s'est ensuite répandue jusqu'à l'océan Atlantique sur 650 km à travers le lit du fleuve Rio Doce. Sur son passage, elle a tué des milliers d'animaux, dévasté des zones de forêt tropicale protégées, et laissé 280.000 personnes sans eau. Les trois miniers (Vale, BHP et Samarco) vont créer leur propre fonds pour assurer le nettoyage du fleuve, ainsi que l'a annoncé Vale vendredi à Rio de Janeiro sans donner de chiffre.

Les eaux polluées du Rio Doce contiennent des substances hautement toxiques telles que du plomb, de l'arsenic et du chrome, déjà présentes dans le lit du fleuve et qui sont remontées en surface au passage de la coulée de boue, a reconnu vendredi le groupe Vale, premier exportateur mondial de minerai de fer. Vale a en revanche nié que la coulée de boue visqueuse était elle-même toxique, comme l'ont affirmé des experts de l'ONU.

D. L. avec AFP