BFM Business

Carlos Slim, milliardaire, favorable à une semaine de travail de trois jours

Le multimilliardaire mexicain Carlos Slim préconise de ramener la semaine de travail à 3 jours travaillés.

Le multimilliardaire mexicain Carlos Slim préconise de ramener la semaine de travail à 3 jours travaillés. - -

Ex-homme le plus riche du monde, aujourd'hui numéro deux, l'homme d'affaires mexicain Carlos Slim préconise une révolution du temps de travail. Selon lui, on ne devrait travailler que 3 jours par semaine. Voici pourquoi.

Les 35 heures? C'est encore trop d'heures travaillées! Pour Carlos Slim, l'homme d'affaires mexicain deuxième plus grosse fortune mondiale selon Forbes, il ne faudrait pas travailler plus de trois jours par semaine. C'est ce qu'il a déclaré devant un parterre de businessmen lors d'une conférence au Paraguay le 18 juillet, selon le Daily Mail.

Premier argument du magnat des télécoms: l'espérance de vie a considérablement augmenté. Cette évolution doit se répercuter sur notre rythme de travail, allégé à court terme mais allongé à long terme.

"Les gens vont avoir à travailler davantage d'années, jusqu'à leurs 70 ou 75 ans... L'idéal serait de travailler 11 heures par jour, trois jours par semaine", a estimé le multimilliardaire.

Plus de temps pour nous détendre

Selon l'homme, lui-même âgé de 74 ans, en se préservant ainsi, les individus seraient en mesure de travailler jusqu'à 70 ans. Il appelle donc à refondre radicalement la semaine de travail en ce sens.

"Avec trois jours de travail par semaine, nous aurions plus de temps pour nous détendre, pour la qualité de vie. Avoir un week-end de quatre jours serait très important pour générer de nouvelles activités de divertissement et d'autres façons d'être occupés", a-t-il continué.

Dans ses propres entreprises, le fondateur d'America Movil a mis en place un système où les employés qui ont rejoint le groupe en fin d'adolescence peuvent prendre leur retraite avant d'avoir atteint 50 ans, et continuer à travailler quatre jours par semaine pour le même salaire, affirme le Financial Times.

Lui-même, alors que la fortune de sa famille frôle les 80 milliards de dollars, continue d'être actif. A côté de ses affaires, il multiplie les loisirs, en peaufinant sa collection d'art, exposée dans le Museo Soumaya, qu'il a ouvert en hommage à sa défunte épouse, Soumaya Domit.


>> Vous jouez en bourse ? Apprenez à lire les graphs boursiers pour mieux investir ! Téléchargez gratuitement le Guide de l’Analyse Technique avec notre partenaire YouScribe.

N.G.