BFM Business

Brexit : ces improbables recrutements pour « éviter le chaos »

La Première ministre Theresa May après sa rencontre avec le Président du Conseil européen à Bruxelles jeudi 7 février

La Première ministre Theresa May après sa rencontre avec le Président du Conseil européen à Bruxelles jeudi 7 février - ARIS OIKONOMOU / AFP

Selon The Guardian, le gouvernement britannique est en train de recruter des contractuels pour son centre de contrôle des urgences du Brexit. Leurs missions : s'assurer qu’un éventuel « No deal » se déroulera sans heurt.

« Recherche homme ou femme ‘inébranlable’ pour gérer les urgences générées par un éventuel ‘No deal’ ». C'est en substance la petite annonce qu'est en train de passer le gouvernement britannique.

Centre de contrôle des urgences du Brexit

Le Royaume-Uni a déjà recruté 5000 personnes pour seconder les fonctionnaires en vue du Brexit mais à 50 jours du Brexit, et à en croire le quotidien The Guardian, Londres cherche à renforcer ses effectifs d’agents contractuels pour son « EU exit emergencies centre », un centre de contrôle des urgences liées à la sortie de l’UE, au commandement de type militaire. Leur mission : alerter les ministres et le cabinet de la Première ministre sur toute situation critique qui pourrait émerger dans le cas d’un divorce sans accord.

« Horizon scanner »

Ces vigies, ces « horizon scanners », tels que décrits dans les notes de synthèse que le quotidien s’est procuré, devront pouvoir détecter ces urgences, le plus tôt possible et les gérer « de manière appropriée » le plus vite possible sur la base « d’information incomplète ou imparfaite. »

The Guardian rappelle que certaines urgences ont déjà été identifiées par le gouvernement et ont fuité dans la presse britannique : « stocks de déchets en putréfaction, bétail bloqué dans les embouteillages, pénurie de purificateurs d'eau potable ».

Un CDD de 6 mois… à 2 ans 

Les candidats se voient proposer entre 300 et 400 livres par jour et doivent être prêts à commencer dès la fin du mois, en CDD de 6 mois, prolongeable de 3 mois à 2 ans. Ils travailleraient dans des bureaux proches de Westminster.

Sans confirmer les informations du Guardian, un porte-parole du Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra) s’est borné à rappeler que tout le gouvernement est mobilisé pour préparer la sortie du Royaume-Uni de l’UE. « C’est le devoir d’un gouvernement responsable de s’assurer que nous nous préparons à tous les scénarios et nous continuons à recruter et hiérarchiser nos ressources en fonction de nos besoins. »