BFM Business

Bernanke partira sur une baisse prudente des rachats d'actifs

Le président de la Fed, Ben Bernanke, passera le relais à Janet Yellen en ayant entamé une sortie progressive et prudente des mesures de soutien exceptionnelles à l'économie américaine.

Le président de la Fed, Ben Bernanke, passera le relais à Janet Yellen en ayant entamé une sortie progressive et prudente des mesures de soutien exceptionnelles à l'économie américaine. - -

Le président de la Réserve fédérale américaine, qui tient ce mercredi 18 novembre sa dernière conférence de presse avant de passer le relais, tient à rassurer sur le rythme de sortie du soutien massif à l'économie.

La boucle est bouclée. Ben Bernanke est celui qui a lancé les rachats massifs de dette et de crédit titrisés sur les marchés par la Fed, il partira en retraite en ayant amorcé leur fin.

Le conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine a annoncé, ce mercredi 18 décembre, une baisse légère de ces rachats d'actifs. Leur montant mensuel passe ainsi de 85 milliards à 75 milliards.

A l'occasion de sa dernière conférence de presse avant la fin de son mandat, Ben Bernanke entame donc une sortie très progressive et "modeste"' de la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale américaine.

"Quand nous avons commencé le programme de soutien à l'économie en 2012, nous avions dit que nous continuerions à le faire tant que le marché de l'emploi ne se serait pas amélioré. Depuis nous avons enregistré de gros progrès", indique ce soir Ben Bernanke.

Des progrès sur le marché de l'emploi

"L'économie a créée 2,9 millions d'emplois, le taux de chômage est retombé à 7% alors que quand nous avons commencé le programme, nous étions aux alentours de 10%", rappelle-t-il. "De nombreux indicateurs montrent que le chômage devrait continuer à s'améliorer", estime les analystes de la Fed.

"La reprise est loin d'avoir été atteinte, avec un chômage qui reste élevé, avec un sous-emploi et un chômage à long terme qui demeurent des préoccupations majeures", temporise-t-il. Et de relativiser encore; "le comité admet qu'une inflation qui persiste à rester sous son objectif pourrait faire courir des risques à la performance économique et il surveille l'évolution avec attention à la recherche de signes montrant qu'elle va revenir vers son objectif".

Toujours afin de rassurer les investisseurs, il précise que le rythme de la diminution des rachats d'actifs pourra être modulé "si les statistiques déçoivent". "Il est possible de repousser la décision de les réduire d'une réunion ou deux", a-t-il assuré. Cela devrait nous emmener à la fin de l'année (2014) et pas au milieu", a-t-il précisé.

Après avoir maintenu depuis 2008 des achats de titres et de dette américaine de plusieurs dizaines de milliards de dollars chaque mois, celui qui cédera sa place à Janet Yellen en janvier 2014 reconnaît que le total des actifs repris par la Fed est "supérieur à ce qu'elle anticipait".

Le message n'a en tout cas pas effarouché les marchés. C'est même le rally sur le Dow Jones et le S&P 500, qui rebondissent vers des sommets historiques.

N.G.