BFM Business

Baisse des prix du pétrole: le FMI s'inquiète pour les pays du Golfe

La chute des prix du pétrole pèse sur l'économie des monarchies du Golfe.

La chute des prix du pétrole pèse sur l'économie des monarchies du Golfe. - Karen Bleier - AFP

"Le Fonds monétaire international aimerait que les monarchies pétrolières diversifient leurs sources de revenus. D'après l'institution, la baisse des prix du pétrole affecte les finances mais aussi l'économie de ces pays."

Le Fonds monétaire international tire la sonnette d'alarme, les monarchies pétrolières du Golfe doivent impérativement diversifier leurs sources de revenus. La croissance économique dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG - Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) sera ramenée cette année à 1,8%, contre 3,3% en 2015, a précisé le FMI.

"(Avec) la poursuite des bas prix du pétrole (cette année), nous allons peut-être assister à une baisse de revenus pour les exportations de pétrole de 100 milliards de dollars (89 milliards d'euros) ou plus", a déclaré le directeur régional du FMI pour le Moyen-Orient, Masood Ahmed, dans un entretien avec l'AFP. "Cela commence à affecter non seulement les finances, mais aussi l'économie" des pays du CCG, a-t-il ajouté à Dubaï où il a présenté le rapport actualisé du FMI sur les perspectives économiques régionales.

Chute de 70% des prix

Les prix du pétrole ont chuté de quelque 70% depuis la mi-2014 pour évoluer autour de 40 dollars le baril, indique le FMI, ajoutant que les marchés s'attendent à une modeste reprise des cours, à 50 dollars le baril vers la fin de la décennie. L'économie saoudienne, la plus importante du monde arabe, devrait croître au rythme de 1,2% cette année, contre 3,4% en 2015. La croissance de celle des Émirats arabes unis devrait ralentir de 3,9% l'an dernier à 2,4% en 2016. L'Arabie saoudite, Bahreïn et Oman seront des "débiteurs significatifs" durant la période 2016/2021, avec des besoins financiers excédant leurs réserves en devises, prévient le rapport du FMI.

L'effondrement des cours pétroliers a obligé les monarchies du Golfe à prendre des mesures sans précédent portant sur la réduction des subventions sur les carburants et l'imposition de nouvelles taxes indirectes. D'importants projets économiques ont été reportés. "Elles doivent poursuivre les mesures qu'elles ont engagées pour réduire et réajuster leurs dépenses, et pour trouver de (nouveaux) revenus comme la TVA", a dit Masood Ahmed. La TVA va ajouter 1,5% au Produit intérieur brut (PIB) "dès son application, espérons-le, d'ici 2018", a-t-il indiqué.

De telles mesures prendront des années pour être appliquées et les autorités sont tenues de "les mettre en oeuvre de manière durable" en se dotant du cadre institutionnel nécessaire, selon lui. Certaines monarchies du Golfe peuvent y procéder par étapes, grâce au "confortable excédent financier" qu'elles s'étaient constituées durant les années du pétrole cher, a poursuivi Masood Ahmed.

Dynamiser le secteur public

Outre un rééquilibrage de leurs budgets, le secteur privé doit, selon lui, continuer à se développer pour créer des emplois au moment où ce secteur est au ralenti en raison de la baisse des dépenses publiques. "Le grand défi est de dynamiser le secteur privé", a-t-il dit en soulignant qu'il est également prioritaire que les jeunes autochtones à la recherche d'un emploi s'adressent au secteur privé au lieu d'opter pour la fonction publique. "La diversification des économies dépendant d'un seul produit comme le pétrole n'est pas une tâche facile (...), je vois cela comme un défi permanent dans les années à venir", a déclaré le responsable du FMI, en référence aux pays arabes du Golfe où les recettes pétrolières constituent, pour certains, l'essentiel de leur PIB.

Il a par ailleurs indiqué que ces pays, dont la monnaie est indexée sur le dollar américain, doivent maintenir cette indexation qui a "bien servi le CCG". "Cela fournit un ancrage de stabilité au moment où plusieurs facteurs, dont les prix du pétrole, changent et sont volatils", a-t-il expliqué. L'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, doit annoncer lundi sa vision à long terme pour diversifier son économie, largement dépendante du pétrole. "Nous attendons avec impatience cette vision", a dit Masood Ahmed, indiquant que le projet témoigne d'"une ambitieuse stratégie pour, non seulement équilibrer le budget du royaume durant les cinq prochaines années, mais aussi mettre en place une économie qui ne soit pas tellement dépendante du pétrole".

D. L. avec AFP