BFM Business

Ankara invite Moscou à renoncer aux sanctions économiques

Vladimir Poutine a établi des sanctions à l'encontre de la Russie.

Vladimir Poutine a établi des sanctions à l'encontre de la Russie. - Byambasuren Ochir - AFP

En fin de semaine dernière, Vladimir Poutine avait annoncé qu'il allait attaquer Ankara au portefeuille. Le premier ministre turc espère encore éviter cette réponse à la destruction par son aviation d'un bombardier russe après qu'il eut survolé son territoire.

Si la Turquie refuse de faire des excuses, elle espère quand même que la Russie se montrera clémente. La semaine dernière, un bombardier russe a été abattu à la frontière syrienne. En représailles, Moscou a annoncé qu'il allait mettre en place des sanctions économiques.

Le premier ministre Turc, Ahmet Davutoglu, a réaffirmé, ce lundi 30 novembre, qu'il refusait de s'excuser. Mais pour autant, il a déclaré: "nous espérons que la Russie reconsidérera" les sanctions économiques décrétées par Moscou. D'après lui, "elles sont contraires à nos intérêts à tous les deux".

"Nous sommes prêts à parler"

"Nous sommes prêts à parler, via des canaux diplomatiques et militaires, à la Russie", a toutefois souligné le chef du gouvernement turc. "Nous n'avons aucunement l'intention d'avoir une escalade" avec Moscou.

Le Kremlin a annoncé lundi qu'aucune rencontre n'était prévue entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en marge de la conférence internationale sur le climat à Paris, malgré une demande d'entretien "en face à face" du dirigeant turc.

D. L. avec AFP