BFM Business

Affaire Thévenoud: une telle situation pourrait-elle arriver aux Etats-Unis?

Thomas Thévenoud a démissionné du gouvernement.

Thomas Thévenoud a démissionné du gouvernement. - Bertrand Guay - AFP

Thomas Thévenoud a démissionné, le 4 septembre, après des problèmes dans ses déclarations d'impôts. Aux Etats-Unis, avant toute nomination d'un ministre, une enquête est réalisée.

Jeudi 4 septembre, l'Elysée a annoncé la démission de Thomas Thévenoud, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur. Le gouvernement aurait découvert "des retards de déclaration et de paiement au fisc".

Mais aux Etats-Unis, comment se passe la nomination des ministres? Comment s'assure-t-on que les futurs ministres sont aptes à entrer au gouvernement ? Là-bas, la nomination d'un ministre est la décision du président mais il doit systématiquement demander le feu vert du Sénat. C'est dans la Constitution.

Chaque nomination potentielle est présentée au Sénat qui va enquêter sur le candidat, en particulier sa situation fiscale. Il va le convoquer pour des auditions publiques. Le Sénat, à l'arrivée, a la possibilité de s'opposer à la nomination par un vote à la majorité simple.

Des ministres inconnus

Comme la Maison Blanche n'a pas envie de voir ses candidats rejetés par le Sénat, elle fait sa propre enquête approfondie sur tout ministre potentiel. Les inconvénients du système sont que si les relations sont mauvaises avec le Congrès, la procédure peut durer très longtemps. L'actuel secrétaire au Trésor, Jack Lew, a dû répondre à 444 questions écrites des sénateurs avant d'être confirmé.

Du coup, la Maison Blanche elle aussi prend son temps. L'an passé le gouvernement Obama II a mis cinq mois à être formé. Mais cela ne gêne pas grand monde. Contrairement à la France, la nomination d'un gouvernement n'a rien à voir avec une grand-messe avec présentation de la communion des saints. A part les trois principaux, les Américains ignorent totalement les noms de leurs ministres.

Jean-Bernard Cadier, correspondant à New York