BFM Business

A vendre: Ebola.com, un nom de domaine à 150.000 dollars

150.000 dollars c'est le montant auquel les propriétaires d'Ebola.com veulent revendre leur nom de domaine.

150.000 dollars c'est le montant auquel les propriétaires d'Ebola.com veulent revendre leur nom de domaine. - Dominiuqe Faget-AFP

A l’heure où le virus Ebola fait des milliers de morts et inquiète les autorités mondiales, certains ont décidé de profiter de l’épidémie pour faire des affaires. C’est le cas des propriétaires du site Ebola.com qui souhaitent revendre leur macabre nom de domaine pour 150.000 dollars.

Même la pire des épidémies peut donner lieu à des idées de business. La preuve avec l'histoire de ces deux Américains, Jon Schultz et Chris Hood, propriétaires du nom de domaine Ebola.com. Un nom que les deux associés ont acheté quelques dizaines d'euros en 2008 via leur société Blue String Value, en espérant qu'un jour une épidémie leur permette de gagner beaucoup d'argent.

Un nom de domaine à 150.000 dollars 

Six ans plus tard, l’épidémie touche l’Afrique, l’Europe et l’Amérique, et ils espèrent le revendre pour 150.000 dollars, fait savoir la chaîne américaine CNBC.

Le président Jon Schultz assume sans complexe ses ambitions: "Ebola.com pourrait être un bon domaine pour une compagnie pharmaceutique travaillant sur un vaccin ou un remède, une société vendant des équipements d’urgence ou une entreprise médicale souhaitant offrir informations et conseils." D'ailleurs, l'entreprise a déjà mandaté DigitalDNA pour démarcher l'industrie médicale et les laboratoires pharmaceutiques.

Surfer sur la peur des internautes

Que trouve t-on sur la page Ebola.com? Pour l'instant, simplement quelques informations médicales accompagnées d'articles de presse. Il est également possible de faire un don à Médecins Sans Frontières ou de commander des livres concernant Ebola sur Amazon. 

Les deux entrepreneurs se sont visiblement spécialisés dans le commerce de la mort. Blue String Value possède également BirdFlu.com dédié à la grippe aviaire et Fukushima.com sur la catastrophe nucléaire. A son actif également la page PotassiumIodide.com: ils parient qu'en cas d'attaque terroriste ou nucléaire, les internautes se précipiteront sur ce site pour se renseigner sur l'iodure de potassium, un médicament qui bloque l'entrée d'iode radioactive et diminue donc le risque de cancer. 

Charlyne LEGRIS