BFM Business

Intérim, turnover: un rapport dénonce les pratiques sociales d'Amazon

Préparation de commandes dans un entrepôt Amazon aux Etats-Unis

Préparation de commandes dans un entrepôt Amazon aux Etats-Unis - -

L'emploi intérimaire représentait l'an passé 64% dans des fonctions particulièrement physiques, selon un rapport du cabinet d'expertise indépendant Progexa pour le Comité social et économique central (CSEC) d'Amazon.

Le géant de l'e-commerce Amazon est épinglé dans un rapport indépendant qui pointe notamment son recours important à l'emploi intérimaire et ses forts taux de rotation en France, dévoile L'Humanité dans son édition datée de jeudi.

L'emploi intérimaire représentait en 2019 44% de la main d'oeuvre totale d'Amazon, un chiffre grimpant à 64% dans des fonctions particulièrement physiques, telles que la réception et l'expédition de la marchandise dans les entrepôts, dévoile ce rapport produit par le cabinet d'expertise indépendant Progexa pour le Comité social et économique central (CSEC) d'Amazon.

Ce recours élevé à l'intérim est le résultat "d'un choix de gestion RH qui consiste à externaliser en partie la main d'oeuvre ouvrière", selon les auteurs du rapport.

Ainsi en 2019, "l'emploi intérimaire a augmenté deux fois plus vite chez Amazon (+47% d'ETP, équivalent temps plein) que le personnel interne (+18% d'ETP)", souligne L'Humanité.

3 accidents par jour

Autre élément chiffré fourni par le rapport: les "taux de rotation" sont particulièrement élevés, selon le quotidien: de 19,8% pour les ouvriers, 23,9% pour les agents de maîtrise et 34,2% pour les cadres.

En outre, "plus d'un millier d'accidents du travail ont été déclarés par Amazon France Logistique en 2019, soit près de 3 accidents par jour", relève L'Humanité. Un chiffre qu'Alain Jeault, délégué syndical central CGT cité par le quotidien, estime minoré puisque "tout est fait pour inciter les travailleurs, notamment les intérimaires, à ne pas déclarer leurs accidents".

"En 2019, 24 salariés ont été licenciés par l'entreprise après avoir été déclarés inaptes à leur emploi par le médecin du travail, soit 8 de plus qu'en 2018", écrit L'Humanité, qui précise que la grande majorité des maladies professionnelles sont des troubles musculo-squelettiques (soit des tendinites, lombalgies, etc.), la première cause de maladies professionnelles indemnisées en France.

Est enfin pointé le manque de transparence d'Amazon, qui a souvent mis du temps à répondre aux sollicitations des auteurs du rapport et l'a souvent fait de manière parcellaire ou erronée.

"Le manque de fiabilité des données sociales d'Amazon France Logistique est d'autant plus dommageable pour les élus du CSEC qu'Amazon est une entreprise spécialisée dans la collecte de données", ironisent les auteurs.

Amazon réplique

Face à ces accusations, Amazon, dans une déclaration, estime avoir "travaillé en toute transparence avec le cabinet Progexa, un cabinet au service exclusif des représentants du personnel. Dans les faits, le rapport qui en ressort confirme par des données chiffrées la forte hausse des effectifs des sites avec la création de 1800 CDI entre 2018 et 2019, une baisse des accidents du travail ces dernières années, ou encore l’augmentation des rémunérations qui sont attribuées aux salariés de l’entreprise".  

"Amazon porte la plus grande importance à la qualité de son environnement de travail et à la sécurité de ses salariés. Nous travaillons dans une démarche d’amélioration continue et qui s’avère efficace : plus de 80% des salariés d’Amazon se disent satisfaits de leur travail et 86% d’entre eux disent avoir le sentiment de travailler en sécurité. Nous resterons ouverts à toutes les contributions qui nous permettent de nous améliorer et d’agir dans l'intérêt de nos salariés, car nous souhaitons qu’ils développent leur carrière avec nous sur le long terme".

Concernant le recours à l’intérim, il "se justifie par la nature de notre activité qui connaît plusieurs pics d’activité dans l’année, mais l’intérim est aussi une porte d’entrée vers l’emploi en CDI et les postes en CDI créés par Amazon sont en priorité proposés aux collaborateurs en intérim qui souhaitent rejoindre Amazon. Nous tenons également à rappeler que nous employons aujourd’hui près de 10 000 salariés en CDI et avons créé 1800 en 2019, 2000 CDI en 2018, et 1500 CDI en 2017. Nous entendons maintenir ces tendances de recrutement dans les prochaines années".

Concernant la transparence, "Amazon a collaboré en toute transparence avec le cabinet Progexa pour apporter les informations demandées par les auteurs du rapport et ce malgré un contexte sanitaire inédit et un volume des questions particulièrement important, qui ont pu ralentir certains échanges".

Concernant les accidents du travail, "chez Amazon, chaque accident est un accident de trop. Nous conduisons des audits pour tout incident éventuel afin de comprendre l’origine du risque et pour mettre en place les actions correctives appropriées afin que le problème ne se représente pas. Ces initiatives semblent efficaces puisque le rapport Progexa constate une baisse de 15,3% des accidents du travail. Cependant les chiffres en valeur absolue qui ont été mentionnés dans la presse doivent être mis en perspective, alors que les effectifs ont connu une augmentation de 29% à cette même période".

Concernant le taux de rotation, "il n’est pas un indicateur pertinent, ni le reflet de la réalité. En effet, son résultat est calculé selon la moyenne du taux d’embauches et du taux de départs. Comme nous avons eu un taux d’embauches élevé en 2019, mathématiquement, nous obtenons un taux de rotation conséquent. Le taux de départ de l’entreprise est en réalité faible, à 9,2% en 2019".

OC avec AFP