BFM Business

Epargne: le gouvernement appelle les Français à "se faire plaisir" pour soutenir la relance

Invité sur le plateau de Good Morning Business, sur BFM Business ce mercredi, le ministre délégué chargé des PME Alain Griset a rappelé que les Français avaient épargné 80 milliards d'euros depuis le début de l'année. "Comme au niveau sanitaire, chaque Français a une part de responsabilité" a-t-il indiqué.

La France sort la tête de l'eau. Si certains secteurs, comme l'hôtellerie ou la restauration sont toujours en grands difficulté, le pays affiche finalement un regain de forme. "La situation est un peu meilleure que ce qui était prévu", commente sur le plateau de Good Morning Business ce mercredi le ministre délégué chargé des PME Alain Griset. Il rappelle notamment que la Banque de France a donné "des chiffres bien meilleurs que ceux qu'on avait envisagés, il y a quelques mois".

Pour permettre une vraie reprise, le gouvernement a présenté il y a 10 jours son plan de relance qui doit "donner le petit coup de pouce en plus" à l'économie française, indique le ministre. L'autre levier, c'est aussi la consommation des Français qui doit permettre de soutenir l'activité.

"Si ceux qui avaient mis de l'argent de côté pouvaient eux-mêmes contribuer un peu plus à la consommation, ce serait encore mieux" explique le ministre.

"Ils pourraient se faire plaisir, ils pourraient améliorer leur habitat, ils pourraient participer à la relance" énumère-t-il, rappelant que les Français ont épargné près de 80 milliards d'euros depuis le début de l'année. "L'Etat met 100 milliards" souligne Alain Griset, en référence au plan de relance, "il y a encore 80 milliards" à utilsier, résume-t-il.

"Comme au niveau sanitaire, chaque Français a une part de responsabilité" indique-t-il. "L'Etat joue son rôle, chaque Français - qui le peut - peut contribuer d'une façon ou d'une autre" à la relance, "en achetant français, en ayant une activité de loisirs quand c'est possible."

Lundi, la Banque de France s'est montrée un peu plus optimiste sur l'ampleur de la crise en 2020, avec une contraction du PIB annuel de 8,7%, contre un recul de 10,3% estimé en juin.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business