BFM Business

Vers un record de défaillances d'entreprises en 2013

Le tribunal de Commerce de Paris voit défiler de plus en plus d'entreprises en difficulté.

Le tribunal de Commerce de Paris voit défiler de plus en plus d'entreprises en difficulté. - -

L'assureur-crédit Coface a annoncé, ce jeudi 21 novembre tabler sur un chiffre de 62.500 défaillances d'entreprise pour cette année. Il s'agirait, selon l'entreprise, à un niveau historique.

C'est un chiffre qui n'est pas si surprenant. Ce jeudi 21 novembre, l'assureur-crédit Coface, une filiale de Natixis, a livré ses prévisions de défaillance d'entreprises. Le nombre ressort à 62.500, soit un niveau "historiquement élevé", dixit la Coface.

La société juge que le troisième trimestre 2013 "ressemble de manière préoccupante" à la même période en 2009, qui avait marqué le pic de la crise pour les entreprises françaises.

Coface a prévenu que, pour 2014, le chiffre devrait "se stabiliser" au niveau "très élevé" de 62.000 défaillances.

Les PME en première ligne

La société explique que les PME sont en première ligne face au phénomène, constatant "un retour à une situation plus traditionnelle des défaillances françaises", avec un plus grand nombre d'entreprises touchées, mais un coût financier ainsi qu'un impact en termes d'emploi orientés plutôt à la baisse.

Derrière ces tendances générales, Coface discerne toutefois des différences selon les secteurs. Ainsi, "la construction, la distribution et le textile-habillement continuent d'être porteurs de risques" et pèsent pour la moitié environ des défaillances.

Coface constate en particulier une explosion "en nombre et en coût" des défaillances dans le textile-habillement et la distribution, à cause de la consommation déprimée.

"Une faillite tous les quinze jours"

Au contraire, la situation s'améliore un peu pour la chimie, qui n'a pas connu de nouvelle défaillance majeure comme celle de Petroplus, ou le papier-bois.

Le 19 novembre dernier, Walter Butler, le président de Butler Capital Partners affirmait à BFM Business: "pendant une dizaine d'année, jusqu'à il y a trois ans, aucune entreprise de plus de 500 personnes n'avait fait faillite". En ce moment, "il y en une tous les quinze jours, voire une par semaine", s'alarmait l'investisseur.

J.M.