BFM Business

Uber se recycle

Uber va se lancer dans le vélo

Uber va se lancer dans le vélo - JOSH EDELSON / AFP

C'est désormais officiel : Uber compte élargir son offre de service et proposer des trottinettes ou des vélos électriques à la location plutôt que des voitures sur les trajets courts en ville. Une façon pour la plate-forme de se diversifier alors que l’entreprise a prévu d’entrer en bourse en 2019.

Pour Uber, désormais, le véhicule avec chauffeur n'est plus le seul horizon. Trottinettes ou vélos électriques feront désormais partie des moyens de locomotion disponibles sur sa plate-forme, sur les très courts trajets en ville évidemment.

Une décision dictée par la volonté des grandes agglomérations, Londres ou New York par exemple, d'encadrer le développement des sociétés de VTC. Permettre à ses usagers d'utiliser d'autres véhicules, non polluants et qui évitent les embouteillages va évidemment dans le sens de l'histoire. Uber a d'ores et déjà racheté ou noué des partenariats avec des start-up qui proposent des vélos ou des trottinettes électriques en libre-service.

Cette décision démontre qu’Uber ne veut pas passer à côté d’une nouvelle tendance. Les trottinettes et les vélos électriques envahissent les grandes villes américaines. Ces solutions de mobilité ont également fait une apparition depuis un an en Europe, notamment à Paris.

Uber se concurrence… lui-même

A court terme, ce virage signifie toutefois une concurrence que le groupe se fait à lui-même. Et notamment à ses chauffeurs qui risquent de voir leur activité s'en ressentir. Mais à long terme il s’agit d’une vision stratégique et de proposer ainsi un éventail de solutions qui puisse couvrir tous les usages.

Alexandra PAGET