BFM Business

Volkswagen prévoit la suppression de 10.000 emplois dans le monde

Le groupe prévoit la suppression de plusieurs dizaines de milliers d'emplois dans le monde au cours des prochaines années. (image d'illustration)

Le groupe prévoit la suppression de plusieurs dizaines de milliers d'emplois dans le monde au cours des prochaines années. (image d'illustration) - Ralf Hirschberger - DPA - AFP

Dans un article à paraître samedi dans un quotidien allemand, le directeur du personnel de Volkswagen indique précise l'ampleur de la restructuration que prépare le premier groupe automobile européen à la suite du dieselgate.

Le groupe Volkswagen s'apprête à tailler massivement dans ses effectifs. Comme l'indique Karlheinz Blessing, le directeur du personnel dans un entretien accordé au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). "Il ne s'agit pas de supprimer quelques centaines de postes" prévient-il précisant que cette décision sera étalée "sur plusieurs années" et concernera "dans le monde un nombre de salariés à cinq chiffres".

Durement frappé par le scandale des moteurs diesel truqués, le groupe aux douze marques (Audi, Porsche, Skoda, Seat, etc) a décidé d'accélérer sur l'électrique. Mais les véhicules électriques contiennent moins de composants que les véhicules à essence, "donc nous aurons besoin à long terme de moins de salariés pour la production" explique Karlheinz Blessing. Ce dernier précise que le groupe ne voulait pas licencier, mais est contraint de "réduire ses effectifs". 

Un "pacte d'avenir" pour devenir plus rentable

La direction et le comité d'entreprise négocient actuellement en Allemagne un "pacte d'avenir", programme de réorganisation qui doit permettre à la marque Volkswagen, déjà à la peine avant le "dieselgate", de devenir plus rentable.

Le nombre de postes menacés ou le montant des économies prévues par le groupe ne sont pas encore connus, mais la direction a clairement affiché son souhait de supprimer des postes et de proposer à certains salariés de changer de métier. "Aucun salarié ne doit redouter une perte de son emploi, mais il est possible qu'il doive à l'avenir exercer d'autres fonctions", a ainsi récemment indiqué Martin Rosik, directeur du personnel de la marque Volkswagen, dans un mémo adressé aux salariés et consulté par l'AFP.

Le groupe Volkswagen emploie environ 624.000 personnes dans le monde, dont 282.000 en Allemagne. Selon certains experts, sa rentabilité pâtit notamment du fait qu'il fabrique beaucoup de pièces de voitures lui-même, quand ses concurrents font davantage appel à des sous-traitants.

Volkswagen mise gros sur les véhicules électriques 

Le mastodonte allemand a annoncé en juin vouloir commercialiser plus de 30 véhicules tout électriques d'ici 2025.

Il n'en a pas encore fini avec les retombées du dieselgate, mais ses résultats au troisième trimestre publiés jeudi montrent qu'il est parvenu à se remettre en selle un an après la révélation de sa tricherie sur 11 millions de véhicules dans le monde destinée à fausser les résultats des tests antipollution.

Entre juillet et septembre, le groupe de Wolfsburg a dégagé un bénéfice net de 2,28 milliards d'euros. En 2015, le dieselgate lui avait valu une perte de 1,6 milliard d'euros, la première en plus de 20 ans.

A.M. avec AFP