BFM Business

Volkswagen gèle son projet d'usine en Turquie après l'offensive d'Ankara en Syrie

-

- - AFP

Le géant allemand avait envisagé la création d'une importante unité de production en Turquie. Mais l'offensive de l'armée turque en Syrie a poussé la direction à suspendre sa décision.

Coup dur pour l'économie turque ? Volkswagen a annoncé mardi avoir suspendu sa décision sur la construction d'une nouvelle usine dans le pays, se disant "préoccupé" après le début de l'offensive turque en Syrie contre les milices kurdes.

"La décision sur la nouvelle usine a été repoussée par le directoire", a indiqué un porte-parole du constructeur. "Nous observons la situation de près et voyons l'évolution actuelle avec préoccupation."

Le groupe automobile avait décidé "ces derniers mois" d'installer en Turquie son nouveau site de production d'Europe de l'Est, et non en Roumanie ou en Bulgarie, selon le quotidien allemand Handelsblatt. Un investissement estimé entre 1,2 et 1,5 milliard d'euros pour un site qui devrait employer quelque 4.000 personnes.

Livraisons d'armes suspendues

Le choix du pays avait déjà suscité l'ire de plusieurs députés européens, qui ont accusé la Turquie d'avoir promis à Volkswagen de gros contrats publics et des subventions contraires à la législation européenne.

L'Allemagne est particulièrement concernée par la problématique turco-kurde puisque 2,5 millions de personnes de nationalité ou d'origine turque vivent dans le pays dont un million de Kurdes, souvent originaires du territoire turc.

Si la France, l'Allemagne et l'Italie ont annoncé suspendre la livraison d'armes à la Turquie, Volkswagen est la première entreprise privée à envisager une mesure de rétorsion contre l'ancien empire ottoman. De nombreux grands groupes européens sont implantés en Turquie de longue date, à l'instar de son concurrent Renault, qui a ouvert son usine de Bursa en 1969.

OC avec AFP