BFM Business

Virtuo se prépare déjà à la location de voitures autonomes

-

- - Virtuo

La start-up de location de voitures sur appli mobile se prépare déjà à la voiture autonome. Elle proposera dans quelques semaines des Mercedes "intelligentes" et envisage de déléguer la conduite à des robots d’ici 2020.

Les voitures de location vont-elles un jour devenir concurrentes des transports publics? Thibault Chassagne, cofondateur de Virtuo en est convaincu et cette certitude repose sur l’arrivée de la voiture autonome qui promet aux conducteurs d’être un jour des passagers comme les autres. Mais avant cette révolution, la start-up française dont l’innovation repose sur la location de véhicules par appli, proposera à ses clients dans quelques semaines la toute dernière génération de Mercedes Class A qui s'approche de cette fonctionnalité.

Elle est dotée du système Intelligent Drive de Daimler qui conserve le cap sur autoroute en s’insérant dans la circulation pour soulager les conducteurs lors des longs trajets ou lorsque les embouteillages n’en finissent plus. La voiture tient la trajectoire automatiquement, même si, comme l’impose la législation, le pilote devra tout de même garder les mains sur le volant.

Faire du chauffeur un passager comme les autres

"Le public pense que la voiture autonome c’est un futur lointain qui consiste à ne plus du tout s’occuper du pilotage, c’est ce que les experts nomment le niveau 4", indique Thibault Chassagne. "Mais ces technologies avancent petit à petit et nous sommes déjà aux dernières fonctionnalités du niveau 2, et nous sommes déjà aux portes du niveau 3 qui, le temps que la législation s’adapte, n’imposera plus d’avoir les mains sur le volant pour permettre au chauffeur de se détendre sans s'occuper de la route".

Virtuo se tient déjà prêt pour cette étape stratégique qui devrait être appliquée d’ici 2020. "Nous voulons être pionniers dans l’intégration de la révolution de cette génération dans les usages quotidiens". En revanche, il faudra attendre encore de longues années pour que la voiture vienne toute seule chercher les passagers.

En parallèle de ces avancées technologiques, la start-up poursuit son expansion. Son parc qui se compose actuellement de 200 véhicules devrait doubler d’ici l’été pour l’ouverture du service à Lyon, à Aix-en-Provence et à Avignon. Virtuo, qui a déjà levé 1,7 million d’euros, prépare une nouvelle levée pour s’étendre en Europe en commençant par l’Allemagne et la Grande-Bretagne. 

Pascal Samama