BFM Business

Vélib: Smovengo vise 1000 stations disponibles fin mai

Vélib' accuse toujours du retard dans l'installation des stations.

Vélib' accuse toujours du retard dans l'installation des stations. - Guillaume Souvant - AFP

L'opérateur assure que la barre des 500 stations sera dépassée fin mars. Smovengo dit que les 1400 stations prévues dans le contrat seront disponibles cet été.

Un peu plus de 500 stations du nouveau Vélib' seront disponibles fin mars et le millier atteint fin mai, a assuré jeudi Smovengo, l'opérateur du système de vélo en libre-partage à Paris et ses environs.

"Nous aurons 525 stations fin mars et nous visons les 1000 stations fin mai", a indiqué devant la presse Jorge Azevedo, directeur général du consortium, à l'occasion de l'ouverture d'une nouvelle station dans le VIIIe arrondissement de Paris.

"Nous visons les 1400 stations" prévues par le contrat "le plus rapidement possible, d'ici à l'été", a-t-il ajouté. Par ailleurs, "nous avons dépassé les 20.000 utilisations par jour" avec les 500 stations ouvertes, a-t-il dit. Le rythme est "plus rapide, nous en sommes à 65 stations construites par semaine depuis 15 jours", selon lui.

Problèmes d'électrification

Le consortium - Smoove, une PME de Montpellier, Mobivia (Norauto, Midas), l'Espagnol Moventia et les parkings Indigo - qui prend la suite du groupe JCDecaux, est la cible des critiques en raison du retard du déploiement des vélos.

Le nombre de stations opérationnelles est très éloigné de l'objectif initial de 700 stations au 1er janvier et de 1400 fin mars sur Paris et les 60 communes adhérentes, selon les chiffres du Syndicat Autolib' Velib' Metropole gestionnaire.

Sur les dysfonctionnements constatés, "on les corrige. Certains sont corrigés, d'autres en cours de correction", a ajouté Jorge Azevedo en évoquant les difficultés de prise des vélos ou les bugs informatiques.

Le responsable de Smovengo a de nouveau évoqué les problèmes liés à l'électrification des stations, avec un "sous-sol parisien où la terre n'est pas conductrice". En effet, 25% seulement des stations actuelles sont raccordées au réseau électrique, les autres fonctionnent sur batteries.

L'aide de la mairie de Paris "met de l'huile dans les rouages"

Concernant les 3 millions d'euros de pénalités décidées par le Syndicat des élus, "nous avons reçu les notifications et nous continuons à discuter avec nos clients", a indiqué le responsable sans vouloir donner plus de précisions. Quant à l'aide annoncée par la mairie de Paris, "elle met de l'huile dans les rouages concernant les décisions administratives qui lui incombent".

Smovengo "ne souhaite pas polémiquer. Nous avons donné toutes nos explications, aujourd'hui, nous travaillons tous ensemble pour atteindre nos objectifs", a-t-il dit. L'opérateur avait récemment rejeté la faute de nombre de dysfonctionnements sur l'ancien opérateur JCDecaux, le Syndicat Vélib', le froid ou les sociétés chargées du raccordement.

J.-C.C. avec AFP