BFM Business

Vélib': Smovengo mise sur 1.000 stations installées fin mai

Smovengo, l'opérateur du nouveau Vélib' a indiqué ce jeudi tabler sur l'installation de 1.000 stations d'ici la fin du mois de mai. La société assure ne pas recevoir de soutien logistique de la part de la ville de Paris.

La course contre la montre continue pour Smovengo et l'installation du Vélib'. Alors qu'actuellement un peu plus de 500 stations sont ouvertes, contre 700 initialement prévues au 1er janvier, l'opérateur du vélo en libre-service vise désormais la fin du printemps.

"On a pour objectif d’atteindre le millier de stations à fin mai et les 1400 on les fera le plus rapidement possible en fonction des adresses. On est encore en attente d’adresses définitives pour construction", a expliqué ce jeudi devant la presse Jorge Azevedo, directeur général de Smovengo.

Reconnaissant avoir "une part de responsabilité", l'opérateur continue malgré tout d'imputer une partie son retard à des aléas techniques (l'électrification des stations) et au délai "très court" laissé pour installer tout le service.

Pas d'aide logistique de la mairie? 

Face au retard accumulé, la mairie de Paris avait annoncé début mars la mobilisation des équipes municipales pour accélérer les installations. Smovengo assure pourtant ce jeudi ne pas avoir reçu l'aide de la ville.

"La mairie de Paris ne fait que mettre de l'huile dans les rouges dans des décisions administrative. Il n'y a pas de ressources physiques allouées sur le terrain à Smovengo", affirme Jorge Azevedo. 

L'entreprise estime avoir maintenant atteint son rythme de croisière dans l'installation des stations avec désormais 20.000 usages du Vélib' enregistrés chaque jour. Si les Vélib' se multiplient dans les rues de Paris, les utilisateurs continuent de manifester leur mécontentement face à des dysfonctionnements techniques. Sur les réseaux sociaux, ils sont encore nombreux à exprimer des difficultés pour emprunter ou restituer des vélos. 

Sanctionné pour son retard, Smovengo a déjà écopé de 3 millions d'euros de pénalités financières. Les abonnés vont quant à eux être remboursés pour janvier, février et mars. 

C.B avec Marguerite Dumont