BFM Business

Vélib': les mensonges de Smovengo

Des Vélib' dans Paris (illustration).

Des Vélib' dans Paris (illustration). - BFM Paris

Nombres de stations, bugs, retards... Smovengo tente de justifier les dysfonctionnements constants du Vélib' mais s'égare dans les explications.

Le Vélib' continue de dérailler plus de trois mois après son lancement. Véritable fiasco, le nouveau vélo parisien en libre-service est toujours quasiment inutilisable.

A la manoeuvre, le nouvel opérateur Smovengo a à plusieurs reprises fait part de difficultés techniques, mais souligne désormais les avancées effectuées ces dernières semaines. Toutefois, les explications du groupe sont parfois bien loin de la réalité du terrain. L'association de cyclistes Paris en Selle s'est émue la semaine dernière de la situation dénonçant "les mensonges et l'incompétence" de l'opérateur.

>Plus de 60 stations installées par semaine?

Dernier en date, le nombre de stations installées par semaine alors, que l'opérateur accuse depuis le début un retard dans l'installation des 1.400 stations prévues. Dans Le Parisien ce mercredi, Jorge Azevedo, directeur général de Smovengo assure désormais ouvrir "60 à 65 nouvelles stations par semaine", pour 670 stations en service à ce jour.

En réalité, ce chiffre est inexact, d'après notre compteur de Vélib', créé à partir des données de la mairie de Paris donnant la disponibilité des stations en temps réel. Au milieu du mois de mars, les installations se sont bien accélérées pour atteindre 59 stations installées la semaine du 19 et du 26 mars. Mais le seuil des 60 stations a seulement été franchi la semaine du 2 avril avec 62 stations installées. La semaine dernière en revanche, seules 13 stations ont été ouvertes.

Pour rappel, au début du déploiement du Vélib', Smovengo promettait 80 stations par semaine. Un chiffre jamais atteint. En moyenne depuis janvier, Smovengo est parvenu à installer 39,4 stations par semaine, moins de la moitié de l'objectif initial.

>Des stations qui débordent à cause de la grève? 

Sur les dysfonctionnements du Vélib', si le patron de Smovengo a reconnu une part de responsabilité du groupe sur certains bugs, Jorge Azevedo explique que des difficultés supplémentaires se font sentir depuis le début du mouvement de grève des salariés de Smovengo. Le système Park+ qui doit permettre aux utilisateurs d'accrocher leur vélo à un autre lorsqu'une station est déjà pleine, ferait les frais de la grève provoquant surcharge des station et blocage des vélos. 

"Nous ne pouvons pas enlever les vélos bloqués des bornes et derrière, des usagers raccrochent leur vélo à des stations déjà pleines. Il y en a même où il y a trois à quatre fois plus de vélos que le nombre de places prévues", explique Jorge Azevedo dans Le Parisien qui assure que "juste avant la grève" le service ne rencontrait "aucun problème de vélo bloqué en station".

Là encore, Smovengo est dans le faux. S'il est vrai que des stations débordent depuis le début de la grève, le phénomène avait déjà été constaté bien avant. Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ont depuis de nombreuses semaines dénoncé ce système, photos à l'appui. Paris en Selle estime de son côté que Park+ est "une catastrophe" qui crée "des montagnes anarchiques de vélos".

Smovengo a déjà écopé de 3 millions d'euros de pénalités financières de la part du syndicat Autolib' Vélib' Métropole pour les retards accumulés en janvier, février et mars. Alors qu'une réunion avait lieu ce mercredi entre Smovengo et les élus de la mairie de Paris, Eric Azières, président du groupe UDI s'est dit "inquiet" à l'issue de celle-ci évoquant une "perte de confiance" et de "crédibilité" du prestataire.

"On s'approche d'un constat d'échec, d'un échec industriel" a-t-il ajouté. Le sujet du fiasco du Vélib' sera l'objet de discussions la semaine prochaine lors du Conseil de Paris. Danielle Simonnet, élue La France insoumise proposera un voeu pour dénoncer le contrat avec Smovengo et municipaliser le service. 

Carole Blanchard avec Emeline Gaube