BFM Business

Un nouveau projet de "Concorde" dans les cartons d'Airbus

-

- - Capture YouTube

Après un premier concept dévoilé en juillet, Airbus vient de de déposer un nouveau brevet pour un avion de ligne doté d'un moteur fusée et qui pourrait relier Paris à New York en moins de 90 minutes.

Un Paris-New York en moins d'un heure et demi. Airbus y travaille. Six mois après avoir déposé un brevet pour un concept d'avion-fusée, l'avionneur européen vient d'en déposer un nouveau aux Etats-Unis. Et cette fois, le concept recréé en image de synthèse dans une vidéo par le site Patent Yogi ressemble bien plus à un véritable avion de ligne. Un aéronef capable d'atteindre la vitesse hallucinante de Mach 4,5, soit près de 5.000 km/h. 

Le brevet qui tient sur 5 pages explique les grandes lignes du projet. L'avion supersonique qu'ont imaginé les ingénieurs d'Airbus dispose d'un moteur-fusée à l'arrière et de deux turbo-réacteurs situé sur le dessus du fuselage. Ces derniers permettraient de propulser d'abord l'avion à une altitude de croisière classique. C'est seulement dans un second temps que la fusée prendrait le relais. L'engin partirait alors presque à la verticale et volant alors à une vitesse supersonique.

Cette position au moment de l'accélération permettrait de dissiper l'énergie libérée lors du bang supersonique qui partirait à l'horizontale sans toucher le sol. Par ailleurs des volets placés à l'entrée des turbo-réacteurs atténueraient l'immense traînée occasionnée par la très grande vitesse.

Airbus veut trouver un successeur au Concorde

 Evidemment à ce stade-là du projet, difficile d'imaginer une date de mise en service. Peut-être même que ce concept ne dépassera jamais le stade du simple dépôt de brevet.

Mais le fait qu'Airbus ait en l'espace de 6 mois déposé deux brevets d'avion supersonique montre que la compagnie a la ferme intention de proposer un jour un successeur au Concorde. D'ailleurs, l'avionneur européen travaille déjà sur d'autres projets -très avancés ceux-là- de jets supersoniques. Airbus est ainsi partenaire de la société américaine Aerion qui compte commercialiser d'ici 3 ans un jet privé capable d'emporter une vingtaine de passagers à la vitesse de 1.900 km/h.

Frédéric Bianchi