BFM Business
Transports

Un chauffeur UberPop et un client agressés à Lyon

Pour Uber, le problème repose aussi sur la loi Thévenoud qui vise à encadrer les VTC et dont se prévalaient les demandeurs.

Pour Uber, le problème repose aussi sur la loi Thévenoud qui vise à encadrer les VTC et dont se prévalaient les demandeurs. - Nicolas Tucat (AFP)

Un chauffeur et un client de l'application mobile UberPOP ont été pris à partie mais aussi frappés ce week-end à Lyon. Les organisations de taxis appellent à manifester jeudi pour l'application de la loi Thévenoud.

Les tensions ne s'amenuisent pas entre chauffeurs de taxis traditionnels et chauffeurs pour UberPOP. Ce week-end à Lyon, et alors que le préfet du Rhône a interdit le second, un chauffeur d'UberPOP a été encerclé, s'est plaint d'insultes proférées par des artisans taxi et son véhicule a été recouvert d'autocollants. Il assure aussi avoir après avoir été berné par un chauffeur de taxi se faisant passer pour un client.

Deux procédures ont été ouvertes, l'une pour infraction à l'exercice illégal de la profession de taxi, conformément à l'arrêté pris jeudi par le préfet visant à interdire "l'activité de transport de personnes de type UberPOP" dans le département. La seconde l'a été pour dégradation. "On sera ferme des deux côtés", a commenté une source policière.

Un jeune homme frappé

Mais dans la même nuit, un client clamant qu'il allait faire appel à UberPOP après avoir été éconduit par des chauffeurs de taxi, s'est plaint d'avoir été molesté. Le jeune homme a reçu plusieurs coups de poing au visage et s'en est sorti avec un nez fracturé et 21 jours d'ITT, rapporte 20 Minutes

"Il est dans un sale état. Je ne reconnaissais pas mon fils. Il a trois fractures, à la mâchoire, le nez cassé, plus de sinus et la pommette défoncée", a raconté son père à Europe 1.

Le jeune homme a aussi publié un cliché de lui sur sa page Facebook avant de recevoir le soutien de Uber France via Twitter:

Manifestation de taxis jeudi 25 juin

Plusieurs chauffeurs d'UberPOP ont porté plainte ces derniers jours après avoir été agressés par des chauffeurs de taxi à Strasbourg, Nice ou Lille, a indiqué jeudi un porte-parole de l'entreprise. Les organisations de taxis appellent à des rassemblements ce jeudi 25 juin devant les aéroports et les gares des grandes villes de France, pour protester contre les applications mobiles de type UberPOP.

Les organisations professionnelles réclament l'application effective de la loi Thévenoud, promulguée en octobre 2014. Censée réprimer davantage l'activité clandestine, elle n'est pas respectée et les contrôles sont insuffisants, selon les taxis.

la rédaction avec AFP