BFM Business

Toyota reprend le leadership mondial à Volkswagen

Avant même que ne se traduisent les effets du scandale Volkswagen, l'Allemand a rendu la place de leader mondial des ventes à Toyota.

Avant même que ne se traduisent les effets du scandale Volkswagen, l'Allemand a rendu la place de leader mondial des ventes à Toyota. - Justin Sullivan - AFP

Le constructeur d'automobile japonais a récupéré sa place de plus gros vendeur de voitures au monde, devant l'Allemand qui lui avait raflé cette place au premier semestre 2015.

Volkswagen n'aura pas tenu longtemps. Le constructeur d'automobiles japonais Toyota, qui avait été détrôné au premier semestre 2015 par l'allemand, a repris la première place au palmarès des ventes sur les neuf premiers mois de l'année, selon des chiffres publiés lundi.

De janvier à septembre, Toyota a écoulé plus de 7,49 millions de véhicules (Toyota, voitures de luxe Lexus, mini-véhicules Daihatsu, poids lourds Hino), contre 7,43 millions pour Volkswagen, qui n'avait pas encore été affecté sur cette période par l'affaire de ses moteurs truqués, révélée seulement dans la deuxième partie de septembre.

Les deux groupes ont vu leurs ventes reculer dans des proportions identiques (-1,5%). Dans le cas de Toyota, ce repli s'explique par des ventes en berne au Japon (-7,8%), où la reprise économique est très fragile. Volkswagen a souffert quant à lui de la mauvaise tenue de certains marchés, dont la Chine et le Brésil.

Pas encore d'impact du scandale des moteurs diesel

Il faudra attendre les mois prochains pour évaluer l'impact de la tricherie sur ses ventes. Volkswagen a avoué avoir installé sur les moteurs diesel de 11 millions de véhicules dans le monde un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution. Le nouveau patron du groupe, Matthias Müller, a cependant dit qu'il ne voyait pas pour l'instant de plongeon des commandes. Certains commentateurs soupçonnent les concessionnaires Volkswagen de consentir de gros rabais aux clients pour maintenir la demande à flots.

L'allemand était pour la première fois monté sur la première marche du podium à l'issue du premier semestre avec 5,4 millions d'exemplaires vendus, contre 5,02 millions pour Toyota. Malgré ses difficultés dans l'archipel nippon, ce dernier peut désormais espérer garder son titre sur l'ensemble de l'année.

Toyota, fabricant de la citadine Yaris et de la voiture hybride Prius avait conquis en 2008, au début de la crise financière internationale, la première place mondiale, monopolisée par l'américain General Motors durant plus de 70 ans.

N.G. avec AFP