BFM Business

Tesla se lance dans la course au camion sans chauffeur

La société d'Elon Musk travaille sur un prototype de poids lourd électrique "semi-autonome", pouvant rouler sans chauffeur dans un convoi. Google et Uber croient également au camion "autonome", source d'économies pour les transporteurs.

Après les voitures et les avions, bientôt des semi-remorques "autonomes" circulant sur les routes sans chauffeur au volant ? C'est la promesse affichée par le constructeur automobile Tesla, selon Reuters. La firme d'Elon Musk s'apprêterait à tester dès septembre son premier prototype de camion à propulsion électrique, présenté en avril dernier, en le dotant de capacité d'évoluer en convoi. Il pourrait suivre un véhicule de tête, grâce à des communications électroniques entre les camions du train routier ainsi formé.

Le projet de l'emblématique Elon Musk est des plus ambitieux puisqu'il consiste à déployer sur des poids lourds la technologie de conduite "automatique" déjà développée pour ses voitures électriques Model X et S, permettant au conducteur de se passer de volant et de pédales, sur la route.

Tesla projette de tester ce prototype dans l'État du Nevada, limitrophe de la Californie. Selon Reuters, le constructeur de voitures électriques a échangé avec les autorités locales en charge des véhicules pour demander la possibilité d'expérimenter son camion semi-autonome et électrique sur les routes longilignes et peu fréquentées de cet État traversé par des déserts. Des contacts similaires ont été pris avec les autorités californiennes.

Les projets de Tesla ne sont les premiers du genre. Fin 2016, Uber avait réussi la première livraison en camion "autonome" (avec présence d'un chauffeur à bord, au cas où) d'une cargaison de bière dans l'État du Colorado. Cette première a pu être réalisée à la suite du rachat de la start-up Otto, fondée par des anciens de Google. De son côté, Waymo, filiale d'Alphabet et ex-Google Car, teste actuellement des camions autonomes sur une piste privée.

Tous ces projets sont motivés par les économies potentiellement générées sur les frais de transport par de futurs convois de camions "autonomes" circulant sur les autoroutes.

Frédéric Bergé